Roman polanski

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1823 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’affaire Polanski

Pb : La justice a-t-elle tous les droits ?

I/ Une affaire de pédophilie qui date de 33ans

II/ une affaire rouverte aujourd’hui

III/ une affaire qui contiendrait « d’autres affaires »

Sources :

• http://droitfondamental.eu/001-Affaire_Polanski_susceptible_de_rouvrir_les_dossiers_Coral_e

t_Zandvoort_aux_USA__fr.htm• http://www.droitfondamental.eu/phpbb3/viewtopic.php?f=34&t=16 (enquête Zandvoort)

• http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2009-10-27/justice-affaire-polanski-la-victime-reclame-l-abandon-des-poursuites/924/0/389263

• http://fr.wikipedia.org/wiki/Roman_Polanski

•http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/09/27/le-cineaste-roman-polanski-arrete-a-zurich_1245878_3246.html (vidéo)

• http://www.telerama.fr/cinema/les-impasses-de-l-affaire-polanski,47706.php

• http://www.leparisien.fr/actualite-people-medias/le-documentaire-qui-disseque-l-affaire-polanski-27-09-2009-653953.php

• http://www.lematin.ch/dossiers/actu/roman-polanski-arrete-suisse

I/ UNE AFFAIRE DE PEDOPHILIE

Depuis le 10 Mars 1977, Roman Polanski réalisateur Franco-Polonaismondialement reconnu alors âgé de 43 ans, est poursuivi pour une affaire de crime sexuel sur une mineure de 13 ans. L'adolescente a déclaré avoir subi un viol sous l'emprise de l'alcool et de drogue. La victime, Samantha Geimer, a été sélectionnée pour une séance photos commandée par l'édition française du magazine Vogue. Selon la jeune fille, durant la séance, au domicile de Jack Nicholson, RomanPolanski lui a fait ingérer du champagne et lui a administré un sédatif, le méthaqualone, avant de la contraindre à une relations sexuelle.
Polanski est alors incarcéré 42 jours pour passer des expertises psychiatriques, puis il est libéré sous caution. Il a plaidé coupable pour la relation sexuelle avec un mineur en échange de l'abandon des charges plus graves de viol, de fourniture d'alcool etde drogue à mineur, en accord avec le juge. Mais avant l'audience qui devait fixer la peine, en étant libre sous caution, Polanski part pour la France dont il possède la nationalité depuis plus d'un an. Comme d'autres États, la France refuse généralement l'extradition de ses citoyens. Sous le coup d'un mandat d'arrêt américain lancé en 1978, il ne revient jamais sur le sol américain. Certains ontestimé qu'il aurait pu être jugé en France, mais la porte-parole du procureur de Los Angeles fait observer que ce n'est pas possible dans la mesure où Polanski a déjà été reconnu coupable des faits par la justice californienne, se heurtant ainsi au principe non bis in idem = aucun jugement pour 2fois la même chose.
La justice américaine va alors tenter de mettre la main sur Polanski lors de sesdéplacements à l'étranger. Des demandes d'extraditions sont adressées aux pays avec lesquels les États-Unis ont signé une convention d'extradition : en mai 1978 au Royaume-Uni, en décembre 1986 au Canada, en 1988 en Allemagne, , en octobre 2005 en Thaïlande et en 2007 en Israël. Cependant toutes ces tentatives ont été vaines.
En 1993, Roman Polanski se serait engagé à verser à Samantha Geimer uneindemnité de 500 000 dollars dans un délai de deux ans. Polanski ne tiendra pas cet engagement dans le délai convenu et la somme qu'il a finalement versée à Samantha Geimer (qui a souhaité retourner dans l'anonymat et a exprimé depuis son désir d'abandonner les poursuites contre le cinéaste, ce qui semble indiquer que le différend portant sur l'indemnisation ait été résolu) serait 225 000dollars.
En 1994, le procureur chargé du dossier criminel refuse d'absoudre M. Polanski qui souhaite retourner aux Etats-Unis, et exige qu'il se présente devant la Cour. Mais le procureur envisage d'éviter la prison. Une nouvelle législation fixe le maximum de la peine à quatre ans.
II/ UNE AFFAIRE REMISE SUR LE DEVANT DE LA SCENE

lemonde.fr (19/02/10 et 24/01/10)

- 1er mars 2003: Samantha...
tracking img