Rome

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1244 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
-De l’autre Rome était une cité Etat juchée sur plusieurs collines, dans une zone en partie marécageuse et impaludée. Mais elle est rapidement à l’étroit dans ses frontières, avec une population qui franchit le million d’habitants au Ier siècle. L’empire se construit peu à peu, par strates successives, jusqu’à embrasser tout le bassin méditerranéen.
Rome était jusqu’en -27 une Républiquefondée sur un Sénat, puis un régime personnel qui compose avec un Sénat remodelé, que l’on appelle empire et que les Romains appelaient principat (pouvoir au princeps, le 1er des citoyens). L’imperator (chef de guerre, dépositaire de l’autorité) est aussi augustus (doté d’une mission divine, avec la charge de grand pontife). Sous la République les assemblées populaires de citoyens les comicesavaient un grand pouvoir, qu’elles perdent sous l’empire puisqu’elles ne font qu’enregistrer les magistrats qu’on leur propose. L’empereur contrôle l’accès au Sénat, auquel on accède lorsque l’on a suivi le cursus honorum
Rome est une société inégalitaire fondée sur des discriminations de richesses. Elle distingue les humiliores (la plèbe) des honestiores (les plus riches) parmi lesquels deuxordres où sont puisés les hauts magistrats et les administrateurs : l’ordre équestre (à partir d’une fortune de400 000 sesterces) et l’ordre sénatorial (à partir d’une fortune d’un million de sesterces). La plèbe est réduite au rang de figurant. Il existe donc une élite de la fortune.
A Rome, tous ceux qui sont prêts à servir l’empereur peuvent être citoyens, et tout étranger peut devenir citoyen.La citoyenneté est ouverte, elle porte vers l’universalité et contrairement à celle d’Athènes n’est pas attachée à un territoire étroit qui est celui de la cité.
A Rome, l’extension de la citoyenneté par l’édit de Caracalla (212) à tous les hommes libres de l’empire porte sans doute à 1 million le nombre de citoyens, dont 300 000 à Rome (soit un petit tiers de la population). Cette citoyennetéest d’abord juridique, et vise à offrir les mêmes droits à tous les hommes libres. Elle a aussi un but économique : les citoyens doivent s’acquitter d’un impôt, du moins de taxes sur les héritages. L’octroi de la citoyenneté par l’empereur tient aussi à des préoccupations économiques. Elle a moins qu’à Athènes une dimension politique : peu importe le statut de citoyen, pour exercer desfonctions politiques il faut avoir des richesses qui donnent accès au cursus honorum. Aucune chance d’y parvenir si l’on n’appartient pas, au moins, à l’ordre équestre.
c)C’est le reflet pour Rome surtout d’une citoyenneté qui n’est pas fondée sur le sang, sur une sorte de « nationalisme » : Caracalla lui-même est le fils d’une Syrienne et d’un Africain, il est lui-même un étranger. Le princepsn’est pas forcément natif de Rome : la dynastie des Sévère, par exemple, vient d’Espagne.
)A Rome on peut acquérir la citoyenneté : -Dans le document connu sous le nom de « tables claudiennes », l’empereur Claude accorde aux notables gaulois romanisés le droit de cité complet ; ils peuvent ainsi progressivement accéder à la citoyenneté. La décision de Claude provoque de vives réactions relatéesnotamment par Tacite. Le Sénat est très hostile à l’idée que l’institution s’ouvre à des « étrangers », car ils sont les descendants de peuples contre lesquels leurs ancêtres se sont battus, et parfois ont perdu la vie. Claude se défend en expliquant que cette meilleure représentation de la diversité de l’empire est le moyen de conserver durablement la paix dans les provinces… Ce n’est qu’une premièreétape dans l’élargissement de la citoyenneté, puisque à partir de l’édit de Caracalla (212), la simple résidence dans l’empire combinée à la condition libre permettent de devenir citoyen romain. On sait peu de choses sur cet édit, connu de trois sources seulement, si ce n’est qu’il a sans doute été accepté par l’empereur sous l’impulsion des juristes qui se trouvaient dans l’entourage de sa...
tracking img