Rond point

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (376 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Soudain un homme parle dans mon dos
Dans Le Moche, un employé modèle, d’une laideur exceptionnelle, se fait opérer le visage. Doté dès lors d’une beauté supérieure, il est envié au point de voir sonentourage se faire opérer. Tous, autour de lui, portent bientôt sa figure dupliquée. L’homme perd son sens ; dislocation de soi dans la reproduction du même. Dans un espace de jeu clairementdélimité, les comédiens endossent plusieurs personnages, jonglent avec des repères explosés de lieux et de temps. Dans Le Chien, la nuit et le couteau, un homme marche dans une nuit sans fond, cauchemar derencontres et de hasards. Lui, nommé M, se trouve aux prises avec des créatures affamées, armées de couteaux. Il tue pour se défendre avant d’être sauvé par l’amour et la lumière. La nuit, la rue,deviennent des couloirs oniriques où les êtres s’égarent, se fuient, proies ou prédateurs.
Formé aux univers et aux exigences de Claude Régy ou de Lev Dodine, Jacques Osinski fonde en 1991 sa compagnie LaVitrine. Il met en scène Marivaux, Shakespeare, Strindberg, Horváth ou Yôji Sakate. Directeur depuis 2008 du centre dramatique national des Alpes à Grenoble, il lit Le Moche et Le Chien, la nuit et lecouteau comme « deux fables, l’une ancrée dans le réel immédiat, l’autre plus proche de la légende archaïque, à la fois enfantine et futuriste. »
Né en 1972, le prodige allemand Marius Von Mayenburglivre avec Le Moche et Le Chien, la nuit et le couteau un diptyque monstrueux. Deux pièces aux tons et aux constructions opposés, mais où il est question d’un même mal d’identité vécu par deux figureserrantes. Le Moche, farce agitée au rire acerbe, et Le Chien, la nuit et le couteau, cauchemar entêtant aux airs kafkaïens, plongent dans une société absurde des individus perdus en quêted’eux-mêmes. « Ils se cherchent parmi les masques, dit encore le metteur en scène. Au bout du parcours, il y a l’humanité. »

production CDN des Alpes / Grenoble, coréalisation MC2: Grenoble
Les textes...
tracking img