Ronsard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2059 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Tâche problème : Qu’en est-il de la poésie à la Renaissance ? Zoom sur un poète de la Pléiade, Pierre de Ronsard (1524-1585)

1. Quelques éléments biographiques concernant Pierre de Ronsard[1] :

- né en 1522, famille de petite noblesse locale.
- Son père écrivait des vers et avait décoré son château dans le style de la Renaissance.
- Ronsard passe ses douze premières années à lacampagne qui sera pour lui une source inépuisable de souvenirs pittoresques et d’impressions épicuriennes. Il s’agit d’un contact avec la nature médiatisé par les figures de l’Antiquité.
- Il devient l’un des pages de François le dauphin puis du troisième fils de François 1er puis de Madeleine de France qui deviendra reine d’Ecosse. Ronsard mènera une vie de cours (Angleterre, Ecosse,Flandre).
- En 1540, atteint de surdité, Ronsard se voit interdire la carrière des armes. Il décide alors de se consacrer à la poésie.
- Il entre dans les ordres et est nommé abbé pour recevoir des bénéfices ecclésiastiques.
- Ronsard est un humaniste dans ses œuvres par le rapport de l’homme au monde. Il s’engagera également dans la Réforme mais s’en éloignera par la suite, celle-ci nerencontrant pas ses objectifs.
- Il étudiera les lettres antiques, soucieux d’imiter le talent d’Horace.
- En 1544, il fait partie de « la Brigade », groupe poétique où l’on retrouve également Du Bellay et Jean Dorat.
« La Brigade » deviendra par après « la Pléiade », groupe de sept poètes rassemblés autour de Ronsard et de Du Bellay. Avec pour but d’exceller dans le genre de la poésie et, quiplus est, dans leur langue, ces poètes vont revaloriser la langue française et l’enrichir, notamment par des néologismes issus du latin et du grec. Ils vont s’inspirer et imiter les auteurs gréco-latins et se tourner vers des formes poétiques telles que l’alexandrin, l’ode ou encore le sonnet. Les écrivains de la Pléiade ont pour objectif de défendre et d’élever la langue française.

-Ronsard écrira quatre livres d’Odes en 1550, véritable chant lyrique de l’antiquité. Ceux-ci le projettent à l’avant plan de la poésie française et lui apporte la gloire : dans ces livres d’odes, nous retrouvons une volonté d’enrichir la langue française et de « manier » l’ode selon le modèle de l’Antiquité.
- Il écrit des odes pindariques. L’ode pindarique est la plus élevée de toutes les odes.Le ton est oratoire, le sujet est élevé avec une référence à la mythologie. L’ode horacienne est une imitation enrichie de la poésie latine d’Horace. Enfin, l’ode anacréontique s’inspire de la poésie du Grec Anacréon et chante l’amour.
- En 1552, Ronsard écrit un recueil de poèmes intitulé Les amours de Cassandre.

- Ronsard va partager sa vie entre la campagne et Paris. Il va semettre au service de Charles IX.
- En 1572, il publie les quatre premiers livres de son vaste poème épique : La Franciade.
- En 1578, Il écrit les Sonnets pour Hélène. Il met sa plume au service d’Henri III.
- En 1585, mort de Ronsard.

2. Rappel : la poésie[2]

1. Les règles de versification.
Le vers français classique est syllabique. Le nombre de syllabes définit ainsi le type de versou mètre auquel on a affaire.
• Le « e » muet placé devant une voyelle ou en fin de vers ne se prononce pas.
• Synérèse : on appelle synérèse un groupe de deux voyelles comptant pour une seule. Exemple : é/lé/va/tion.
• Diérèse : on appelle diérèse un groupe de deux voyelles comptant pour deux syllabes. Exemple : é/lé/va/ti/on.

Chaque syllabe ainsi définie correspond à un pied. Lesvers les plus courants sont :
• Les octosyllabes (huit pieds).
Exemple : Tes pas, enfants de mon silence,
Saintement, lentement placés.
Valéry XXe
• Les décasyllabes (dix pieds).
Exemple : Ô beaux yeux bruns, ô regards détournés
Ô chauds soupirs, ô larmes épandues...
tracking img