Rousseau - contrat social - livre 1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1861 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ROUSSEAU - DU CONTRAT SOCIAL
LIVRE I

Liberté/esclavage
Droit naturel/droit de convention
Philosophie politique
Conservation des droits en société
Propriété

Problème : Qu’est ce qui permet de trouver son intérêt particulier dans l’intérêt général ?

Thèse : L’établissement d’un contrat social permet d’assurer sa conservation tout en gardant sa liberté

CHAPITRE I – SUJET DE CE LIVREPREMIER (INTRODUCTION)

« L’homme est né libre et partout il est dans les fers »
→ Aliénation des peuples, pouvoir illégitime, esclave de ses passions/désirs ?
Le peuple est contraint d’obéir, mais quand il peut se révolter et reprendre les libertés qu’on lui a ôté : « il fait bien ».
LE DROIT N’EST PAS NATUREL, il est fondé sur des conventions, lesquelles ?

CHAPITRE II – DES PREMIERESSOCIETES

Thèse : Ce qui est naturel c’est le désir de se conserver et on n’aliène sa liberté (que l’on a de droit) que par nécessite de conservation

Etude sur la famille :
Les enfants sont liés au père par nécessité : les enfants ont besoin de lui pour se conserver, quand cette nécessité est brisée, le lien naturel est brisé.
S’ils continuent de rester unis ensuite c’est volontairement :la famille se maintient par convention.

PREMIERE LOI :
Veiller à sa propre conservation, les premiers soins sont ceux qu’on se doit à soi-même dès qu’il est en âge de raison : il devient son propre maitre et juge de ses moyens de conservation.

Famille = 1er modèle politique (père : chef, peuple : enfants).
« Et tous étant nés égaux et libres n’aliènent leur liberté que pour leur utilité »Sauf que le père a un amour de ses enfants alors que le chef n’en a pas pour son peuple

Thèse : Le droit (la hiérarchie sociale) n’est pas naturel mais repose sur des conventions

Réfute les théories de :
GROTIUS: Le pouvoir n’est pas mis en place en faveur de ceux qui sont gouvernés (ex : esclavage)
HOBBES : le Chef « dévore son troupeau »
ARISTOTE : les hommes ne sont pointnaturellement égaux : les uns naissent pour l’esclavage, les autres pour la domination.

Réfute la théorie d’un droit naturel : « Tout homme né dans l’esclavage, nait pour l’esclavage » (Aristote)
* Il n’y a pas d’autorité naturelle sur son semblable

Se moque car comme descendant de Noé et d’Adam il a un pouvoir légitime

CHAPITRE III – DU DROIT DU PLUS FORT

Thèse : La force ne fait pas ledoit

* Le droit du plus fort n’est pas légitime : la force ne peut être transformée en droit
* Céder à la force est un acte de nécessité de conservation, non de volonté, c’est un acte de prudence.
*
* Comme le plus fort à raison, on peut légitimement avoir raison en devenant plus fort que lui et donc imposer son droit – on peut désobéir de façon légitime.
* Si on est forcéd’obéir, on n’a pas besoin d’obéir par devoir. Le droit dans la force ne signifie donc rien.
*
CHAPITRE IV – DE L’ESCLAVAGE
*
Thèse : L’esclavage n’est pas un droit car il est nul et de plus absurde
*
* Puisque l’homme n’a pas d’autorité naturelle + la force ne produit aucun droit, il ne reste que les conventions pour une autorité légitime.
*
* GROTIUS : un particulierpeut aliéner sa liberté et se rendre esclave d’un maitre donc tout un peuple le peut aussi.
* Pour ROUSSEAU :
* « Aliéner c’est donner ou vendre » 
* Un homme qui se fait esclave se vend pour sa subsistance (sa conservation donc)
* Mais un peuple ne peut pas se vendre pour sa conservation auprès d’un roi car il ne fournit pas à ces sujets leur subsistance, c’est même le contraire leroi se fait conserver par le peuple.
* Le peuple n’est donc pas aliéner par nécessité, car ils n’ont rien pour leur conservation dans ce système
* Le roi ne donne à ses sujets que la tranquillité civile mais ils n’ont rien à y gagner (« on vit tranquille aussi dans les cachots »)
*
* Un homme ne se donne pas gratuitement – c’est inconcevable – un tel acte est illégitime – le...
tracking img