Rousseau, du contrat social.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1820 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Rousseau, comme beaucoup d'autres théoriciens avant lui est un théoricien du droit naturel moderne. Selon Rousseau, l’homme est né libre et bon. C’est la société qui l’a corrompu. Les sciences et les arts, l’inégalité, ont dénaturé l’homme. Au départ à l’état naturel l’homme est heureux puis par la suite il commence à nouer des liens avec ses semblables tout en continuant à être indépendant, donclibre. Mais les premières inégalités se font ressentir au niveau de la richesse et de la misère, des rivalités et des passions, qui sont engendré par les débuts de la propriété privée. Pour remédier à ces querelles les hommes doivent se réunir pour créer la société civile afin de maintenir leur liberté primitive et naturelle tout en assurant leur sécurité. C’est le contrat social. Cependant commeconcevoir une société qui assure la sécurité tout en sauvegardant la liberté ?

Pour la plupart d’entre nous, le droit à un caractère contraignant. Nous le voyons comme un système de contraintes avec un appareil répressif chargé de faire respecter la loi. Il y a donc rapport de force, mais est-il réellement obligatoire ? Cependant le droit fait aussi partit de nos exigences quotidiennes commele droit de manger à sa faim, de s’exprimer librement,…
Le rapport de force instaure des limites entre deux partis, le plus faible étant contraint de céder ses propriétés malgré toutes les conséquences qui peuvent en résulter. Cependant des facteurs de légitimation existent et font oublier toutes les brutalités commises. L’exemple de la colonisation est le plus marquant et on peut en tirer leprincipe qu’au fond le droit et toujours le droit du plus fort. Mais comment l’homme peut-il respecter le droit du plus fort si ce rapport élargi toujours plus les inégalités ? En effet dans ce cas les faibles seraient sanctionnés par le droit qui se fonde sur une injustice et il faudrait donc admettre que c’est la force qui fonde le droit. Ainsi la victoire des conquérants sur les autres peuples,très appréciés dans nos histoires, désigne le début de la vérité et de la connaissance réelle. A la force appartient l’action alors que le droit revient au jugement. Le droit n’est qu’une justification à l’emploi de la force. Ainsi apparait l’égoïsme attiré par les intérêts. Les revendications deviennent des droits pour satisfaire le plus grand nombre.
De plus le droit a besoin de la force pour sefaire respecter car le droit ne serait qu’une parole parmi tant d’autre sans réelle force d’action. Le droit doit se faire appliquer par une force quel qu’elle soit pour assurer une cohésion sociale. Ainsi la loi de la nature, la loi du plus fort, s’applique aussi à l’homme.
Réciproquement la force ne se suffit pas à elle-même et a besoin du droit pour s’appliquer. Pour que le droit soitréellement respecté il faut qu’il soit reconnu, chose qui ne vient jamais sans la force. Le droit de l’usage, en opposition au droit écrit, ne repose pas sur la force mais sur le respect des règles et des pratiques traditionnelles. Le sacré et les coutumes sont plus importants que la force.
Cependant un rapport de force ne peut fonctionner sur du long terme. Ainsi donc le conquérant devra « transformersa force en droit et l’obéissance en devoir » (chapitre III, l2) ce qui montre finalement que la force reste faible et que seule elle ne peut pas véritablement fonder une obligation puisqu’elle n’est que physique et non morale. La force n’est qu’une contrainte que l’homme peut déjouer et qui n’a pas de justification morale. La force n’est qu’un moyen de persuasion et de pression servant à faireexécuter un ordre. Il n’y a pas de droit dans cette relation, le faible doit subir sans avoir le droit de discerner le bon du mauvais, principe de justice. On ne peut pas transformer de force une obéissance en devoir car les bases de l’autorité du droit ne sont pas due à la force mais suppose un rapport moral entre les hommes.
Malgré tout il existe une autorité légitime qui ne repose pas sur...
tracking img