Rousseau et marx

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1430 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
À LA RECHERCHE D’UN MONDE MEILLEUR

Dans notre société actuelle, il est bon de se demander si les individus qui la composent adoptent un bon mode de vie. Quels sont nos valeurs, nos priorités, nos objectifs? Rousseau et Marx se sont eux aussi questionnés sur la société, principalement sur les inégalités des classes sociales résultant de la culture des hommes qui en font partie. Bien sûr,rien n’est tout noir ou tout blanc, et ces deux philosophes ont chacun leur propre vision des choses. Dans les lignes qui suivront, je tenterai de vous faire voir le point de vue de chacun. Puis, je parlerai des idées qui les distinguent et j’expliquerai celles qui les rejoignent.

Dans Discours sur les sciences et les arts, Rousseau explique clairement la déchéance dans laquelle lessciences et les arts ont poussé les hommes. Pour lui, les sciences et les arts mènent directement au luxe. Celui-ci pousse les individus aux vices au détriment de la vertu : « Tel est le luxe, né comme eux de l’oisiveté et de la vanité des hommes. Le luxe va rarement sans les sciences et les arts… » « Que deviendra la vertu, quand il faudra s’enrichir à quelque prix que ce soit? » . Dans ces deuxextraits, Rousseau nous met en garde sur les conséquences néfastes du savoir. Selon lui, le savoir mène la société dans un monde d’apparences. Alors, tous les moyens sont bons pour se procurer le luxe que les sciences et les arts ont mis à leur disposition. Autrement dit, plus les hommes sont instruits, plus ils sont orgueilleux, vaniteux, ambitieux et pervers. On n’hésite pas à écraser l’autrepour en avoir plus. C’est alors que les vraies valeurs comme la liberté, la simplicité, l’amitié, l’amour et le patriotisme sont vite oubliées. De plus, les richesses sont mal réparties, ce qui crée différentes classes sociales. Cette inégalité amène à son tour des conflits et le peuple risque de sombrer dans la déchéance puisqu’on ouvre la porte à la tricherie, à la jalousie, à l’hypocrisieet aux trahisons de toute sorte. Comme solution, Rousseau prône l’ignorance et la vertu. Il favorise le retour aux vraies valeurs. Pour se faire, les individus devraient cesser d’accorder de l’importance aux apparences : « À quoi bon cherche nôtre bonheur dans l’opinion d’autrui si nous pouvons le trouver en nous-mêmes? » . L’éducation devrait se contenter d’enseigner la vertu. De plus, cetenseignement devrait être réservé qu’aux gens doués intellectuellement : « Pour nous, hommes vulgaires, à qui le Ciel n’a point départi de si grands talens et qu’il ne destine pas à tant de gloire, restons dans notre obscurité. » . Les autres ne devraient pas perdre leur temps à acquérir des connaissances pour lesquels ils ne sont pas doués. Il en résulterait, selon lui, un monde plus heureux etmieux équilibré.

Dans L’idéologie allemande, Marx nous fait voir son point de vue sur l’influence de la culture sur une société. Selon lui, l’homme doit tout d’abord combler ses besoins primitifs : manger, dormir et se loger. Une fois ses besoins comblés, se créent alors d’autres besoins et c’est là que les idées de productivité s’avèrent nécessaires. À ce stade, la culture devient l’atoutessentiel. C’est du savoir que découlent les solutions aux problèmes reliés à la productivité. Il en résulte une classe dominante composée d’intellectuels, les gens les plus cultivés. Cette classe dirige la classe ouvrière : « La classe qui dispose de moyens de la production matérielle dispose, du même coup, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce sonpouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. » . Par conséquent, les gens instruits exercent une certaine domination sur les personnes moins bien pourvues intellectuellement. Il en résulte une société ayant une population aux rapports inégaux, source évidente de conflits. Il remarque que l’argent et le luxe dominent tout, et que les vraies valeurs sont mises à l’épreuve et risquent...
tracking img