Rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 38 (9441 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean-Jacques Rousseau, né le 28 juin 1712 à Genève et mort le 2 juillet 1778 à Ermenonville, est un écrivain, philosophe et musicien genevois de langue française. Il est l'un des plus illustres philosophes du siècle des Lumières, bien que son œuvre philosophique et son tempérament l'aient souvent opposé au rationalisme des Lumières ainsi qu'à quelques-uns de ses éminents représentants. Sestravaux ont influencé grandement l'esprit révolutionnaire français. Il est particulièrement célèbre pour ses travaux sur l'homme, la société ainsi que sur l'éducation. La philosophie politique de Rousseau se situe dans la perspective dite contractualiste des philosophes britanniques des XVIIe et XVIIIe siècles, et son fameux Discours sur l'inégalité se conçoit aisément comme un dialogue avec l'œuvre deThomas Hobbes.

Sommaire [masquer]
1 Biographie
1.1 « Maman »
1.2 Les débuts philosophiques
1.3 Célébrité et polémiques
1.4 L'œuvre autobiographique
2 La « vérité » de Jean-Jacques Rousseau
3 Les grands principes de la philosophie rousseauiste
3.1 La Nature
3.1.1 Définition
3.1.2 L'état de nature
3.1.3 La botanique
3.2 L'amour et la haine
3.2.1 Émile ou de l'Éducation oula nécessité d'éduquer au sentiment amoureux
3.2.2 Amour physique et amour moral
3.2.3 Rousseau, père du conflit moderne
3.3 La politique
3.3.1 Sources de la pensée politique de Rousseau
3.3.2 Rousseau démocrate ?
3.3.3 Le problème du "contrat social"
4 La musique de Jean-Jacques Rousseau
4.1 Un musicien théoricien
4.2 Un théoricien notoire
5 Œuvres
6 Notes et références
7Annexes
7.1 Ouvrages consacrés à Rousseau
7.1.1 Ouvrages généraux
7.1.2 Ouvrages spécialisés
7.1.3 Articles et recueils d'articles
7.1.4 Biographies et fictions
7.2 Articles connexes
7.3 Liens externes


Biographie
Jean-Jacques Rousseau est le fils d'Isaac Rousseau (Genève, 1672 - Nyon, 1747), horloger comme son père et son grand-père, et de Suzanne Bernard (Genève, 1673 -Genève, 1712), qui meurt le 7 juillet 1712, neuf jours après la naissance de Jean-Jacques. Elle-même était fille d'un horloger nommé Jacques Bernard. Sa mère morte, le jeune Jean-Jacques est élevé à partir de neuf ans par son oncle Samuel Bernard, pasteur protestant, qu'il prend pour son grand-père. Sa famille, d'origine française, s'était exilée à Genève en 1549 à cause de la persécution religieuse.Abandonné à 10 ans par son père, il connaît, livré à lui-même, une enfance, une éducation et des débuts difficiles. Il passe deux années chez le pasteur Lambercier à Bossey (au pied du Salève, au sud de Genève) (1722 - 1724). Son oncle le place comme apprenti chez un greffier, puis en 1725 chez un maître graveur.

« Maman »
Jean-Jacques quitte la Genève protestante à seize ans en 1728. C'est lecuré de Confignon, Benoît de Pontverre, qui l'adresse à une vaudoise émigrée à Vevey, la baronne de Warens, récemment convertie au catholicisme, dont il s'éprend et qui sera plus tard sa tutrice et sa maîtresse. Le 21 mars 1728 a lieu la rencontre. Dans ses Confessions Rousseau souhaite que cette rencontre soit matérialisée par un balustre d'or. Aussi peut-on observer à Annecy une statue duphilosophe entourée d'un balustre doré sur lequel il est écrit « un matin de Pâques fleuries, Rousseau rencontra ici madame de Warens ». La baronne l'envoie à Turin où il se convertit au catholicisme le 23 avril. L'année suivante, il retourne chez celle qu'il appelait « Maman » alors que cette dernière n'était que de 13 ans plus vieille que lui, dans « une petite maison au penchant d'un vallon », prèsde Chambéry, que Les Confessions ont rendue célèbre : « les Charmettes ». Mme de Warens est à l'origine d'une grande partie de son éducation sentimentale et amoureuse.

En 1730, il voyage à pied jusqu'à Neuchâtel, où il enseigne la musique.
En 1732, il revient à Chambéry, où il travaille aux services administratifs du duché de Savoie, puis comme maître de musique auprès des jeunes filles de...
tracking img