Rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1410 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Rousseau

Table des matières

L’éducation et l’éducateur P.1

Extrait P.1

Les 4 maximes de Rousseau P.2

Un bon éducateur P.2

Un bon, meilleur élève P.2

L’enfant P.2-3

Les adolescents P.3

Les filles P.3

La mère P.3

Émile ou l’éducation selon Rousseau

L’éducation et l’éducateur

Rousseau prônel’idée qu’il faut laisser libre jeu à la nature; le but de l’éducateur est de balayer les obstacles et de créer les meilleures conditions possible, qui permettent à l’enfant de se développer librement selon sa propre nature.

Il faut premièrement laisser l’enfant bouger, gigoter; il ne faut donc pas l’envelopper dans un maillot, plus il bouge mieux il est. Deuxièmement, il faut allaiterl’enfant avec le lait de sa mère et non attribuer cette tâche à une nourrice; car celle-ci va devenir un repère pour l’enfant et quand ,plus tard, la mère va congédier la nourrice, l’enfant perdra tous ses repères. Il faut le laisser suivre son instinct, il doit faire lui-même ses propres expériences car la nature exerce le développement de l’enfant; il ne faut pas l’instruire de ce qu’il peut apprendrepar lui-même: comme apprendre à marcher, par exemple, qui est quelque chose de naturel. Souffrir est la première chance qu’il doit apprendre; il faut quand même attention au feu, à l’eau, au vide. On ne peut pas soustraire l’enfant à la douleur. Entant qu’éducateur, il ne faut jamais crier, jamais s’énerver, jamais menacer et surtout ne pas négocier. Il ne faut pas exciter chez l’enfant des besoinsou des désirs avant qu’ils ne puissent être satisfaits. Pour Rousseau, il faut prendre le temps, reculer le développement intellectuel; il ne faut pas corriger les fautes de langage car cela rendra l’enfant timide par la suite, si l’éducateur parle correctement devant lui, il se corrigera par lui-même. L’éducateur ne doit pas être presser à le faire parler; il y a une phase ou l’enfant comprendmais ne parle pas. Quand l’enfant parle avec un niveau de langage qu’on ne comprend pas, on doit le laisser et non essayer de comprendre; c’est à l’enfant de faire l’effort de mieux parler pour se faire comprendre des adultes. Il faut laisser l’enfant grandir sans préjugés, sans habitudes et surtout sans connaissances; il prendra conscience de la raison quand le temps sera venu. En conclusionl’éducation doit être négative et non positive.

Extrait

Rousseau « appelle éducation positive celle qui tend, à former l’esprit avant l’age et à donner à l’enfant la connaissance des devoirs de l’homme. J’appelle éducation négative celle qui tend à perfectionner les organes, instruments de nos connaissances, avant de nous donner ces connaissances et qui prépare à la raison par l’exercice des sens.L’éducation négative n’est pas oisive, tant s’en faut; elle ne donne pas les vertus, mais elle prévient des vices; elle n’apprend pas la vérité, mais elle préserve de l’erreur; elle dispose l’enfant à tout ce qui peut le mener au vrai quand il est en état de l’entendre, et au bien quand il est en état d’aimer »

Pour Rousseau, le développement est infini; car on apprend toujours de tout, toutest instruction.

Les 4 maximes de Rousseau

La première chose est qu’il faut laisser à l’enfant toutes ses forces, puis il faut l’aider à tous ce qui est réel mais il ne faut pas céder aux caprices, il faut comprendre son langage comme ça on sait ce qu’il veut dire.

Un bon éducateur

Il ne doit pas être un mercenaire; il ne doit pas faire ça pour l’argent. Pour Rousseau il doit être bienélever lui-même; ici on trouve un paradoxe: car l’éducateur a dû être éduquer pour éduquer, et son éducateur aussi, alors jusqu’à où faut-il remonter comme ça? Il doit avoir de l’expérience; on retrouve un deuxième paradoxe; car il faut bien commencer un jour, et le premier jour on n‘a pas d‘expérience. Pour être un bon éducateur, il faut être jeune; car il connaît, comprend mieux l’enfant....
tracking img