Rude journée nouvelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (946 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Rude journée
-Sept heures du matin. Ah merde c’est déjà sept heures !
Comme tous les matins où j’ai un rendez-vous important avec un gros client de la banque, je suis en retard.Fichu réveil qui n’a pas sonné ! Je me mets donc rapidement sous la douche en commençant d’abord par me glacer puis par m’ébouillanter.
Satané robinet qui ne marche jamais ! Après mettreséchée et habillée avec grande difficulté, je me rends au-rez-de-chaussée en quatrième vitesse. Le thé, le thé, mais ou ai-je pu mettre ce thé ?! Pas le temps, une tasse de café fera l’affaire.Bon sang, j’espère que cette journée ne va pas finir comme elle a commencée.
D’une marche plutôt rapide, je me rends à la banque où je dois rencontrer ce client qui m’insupporte royalementet dont je n’ai aucune envie de voir la tête. Mais que voulez vous, les gros clients nous rapportent beaucoup d’argent.
Arrivée à la banque, j’entends mon portable sonner. J’ouvre donc monsac à main : peut-être que le rendez-vous est annulé ?! Dans mon empressement, je ne remarque pas tout de suite les deux hommes qui bavardent tout en me regardant, trop occupée a chercher ce foutuportable qui ne cesse de sonner. Impossible à mettre la main dessus et cette musique de la mélodie du bonheur commence sincèrement à me taper sur le système nerveux. Enfin le voilà !
Cinq appels enabsences ! Si c’est vraiment important ça rappellera ! En hottant ma veste précipitamment, je fis tomber quelque chose ? Plus qu’agacée, je me baisse et m’aperçois qu’il s’agit d’un caillou couleurrouge flamboyante. Après avoir regardée plusieurs fois autour de moi, je le ramasse délicatement et l’expose loin des regards indiscrets à la lumière.
-Celui-ci brille, rutile, étincelle de millefeux. Un rubis ! D’où sort-il ? Après tout qu’elle importance, je l’ai trouvé, personne ne la réclamé donc à présent, il m’appartient ! Je jubile. Mais les deux hommes à ma gauche ne me quittent pas...