Russie puissance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1139 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La reconquête de la puissance en Russie
La fin de la Guerre froide a permis à la Russie de sortir de sa marginalisation politique et financière : les institutions internationales qui lui étaient auparavant fermées, lui ont ouvert leurs portes et leurs crédits ; elle assurera la présidence annuelle du G8 en 2006. Face à l’élargissement de l’Union européenne et surtout de l’OTAN vers l’Est, laRussie développe de nouvelles stratégies pour se réapproprier le rôle de superpuissance tenu par l’URSS sur la scène internationale et asseoir sa mainmise sur l’ancienne sphère d’influence soviétique.
Mots-clés
Travailler la compréhension des conflits
Gouvernement des Etats-Unis
Union Européenne
OTAN
Etats-Unis
Russie
Asie Centrale
Karine Gatelier, Grenoble, octobre 2005
La diversité desstratégies face aux puissances occidentales

Renaissance de l’identité nationale russe

Un sondage réalisé en 2000 révélait que 55% des Russes considéraient que la tâche historique de la Russie actuelle était de reconstituer un empire successeur de l’empire russe et de l’empire soviétique. Le ciment identitaire entre toutes les composantes de l’URSS était la citoyenneté concrétisée parl’existence d’un passeport soviétique. La prégnance de la Russie au sein de la Fédération a abouti à la confusion entre l’identité russe et l’identité soviétique, à la fois dans les pratiques institutionnelles et les représentations symboliques de la population.
L’URSS bénéficiait d’un rayonnement symbolique qui avait de fortes répercussions identitaires sur la population. L’éclatement de l’Union soviétiquea mis un terme à cette identification populaire. Depuis 1991, la Russie est un Etat souverain sur la scène internationale privé de nombre d’atouts soviétiques. Cette situation est vécue par beaucoup comme une humiliation, en particulier par rapport à l’Occident. Depuis l’arrivée au pouvoir de Poutine en 2000, la nostalgie de l’empire disparu a accouché d’une idéologie officielle qui aspire àressusciter la puissance russe et à reprendre le contrôle des ex-républiques soviétiques.
La pression énergétique comme substitut à la puissance militaire

Ayant reconstruit son empire et repris le contrôle de ses ressources, la Russie ambitionne d’instaurer des relations avec l’Union européenne non comme un pays européen parmi d’autres, mais comme une puissance régionale capable de dicter sa loi àla fois aux différents Etats européens, et à l’ensemble de l’Union européenne qui va devenir de plus en plus dépendante de Moscou pour ses approvisionnements en hydrocarbures.
Selon certains chercheurs, la priorité actuelle du Kremlin n’est pas tant d’assurer la prospérité du pays que de créer une machine de projection de puissance qui puisse se substituer à la défunte Armée rouge. Cettemachine, c’est le réseau des oléoducs et des gazoducs que le gouvernement russe n’entend pas laisser échapper à son contrôle, pas tant pour des raisons économiques que parce qu’il représente le socle sur lequel la Russie veut bâtir son hégémonie en Europe.
Le bilatéralisme pour peser dans l’Union européenne

Moscou privilégie les relations bilatérales avec les grands Etats européens, surtoutl’Allemagne et la France. Les dirigeants européens ne tarissent pas d’éloges sur le président Poutine et ces bonnes faveurs permettent désormais à la Russie d’obtenir ce qu’elle veut : autocensure sur la question tchétchène, abandon des exigences en matière de démocratie et de liberté d’expression etc. En revanche, les bureaucrates européens considèrent la Russie comme un problème et n’ont pas peur d’entreren conflit avec elle. Devant cette obstruction grandissante de l’Union européenne, la tactique russe est simple : faire appel aux Etats dès que Moscou veut faire aboutir une question qui lui tient à cœur.
Le but de la stratégie actuelle de Poutine est de créer une troïka Paris-Berlin-Moscou qui prendrait les décisions importantes et dispenserait la Russie de passer par le mécanisme 25+1 où...
tracking img