Russie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1380 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Russie : Les incendies
(été 2010)

1) Sommaire :

* Introduction
* Planisphère
* Croquis sur l’occupation des sols en Russie
* Risques majeurs
* Comment s’organise la protection de la population
* Déroulement de la catastrophe
* Intervention des premiers secours
* L’organisation de << l’après crise >>
* Bilan de la catastrophe
*Les conséquences de la catastrophe
* Schéma synthèse
* Bibliographie des sites qui ont servis a l’élaboration du dossier
* Lexique

2 ) Introduction :

La canicule exceptionnelle qui a frappée la Russie, se traduit en particulier par des incendies de forets. La catastrophe naturelle a provoqué la perte d’un quart des surfaces cultivées ainsi que des pertes humaines extrêmementimportantes. Les incendies ont détruit au total 16 millions d’hectares de forets et de plantations cet été en Russie.
Nous allons tout d’abord localiser cette catastrophe sur un planisphère. Par la suite nous dresserons les bilans socio-économiques, humains mais aussi technologiques causés par cette catastrophe. La Russie était-elle préparée à un tel phénomène ; Quels en sont les conséquences ?2) Planisphère :

L’espace étudié : La Russie
3) Croquis légendé sur l’occupation des sols .




6) Une mise au point sur:
6.1 La catastrophe .
Les incendies en Russie on commençais aux alentours de Juillet 2010.
Le 29 juillet 2010, les premiers feux de tourbes apparaissent dans la région de Nijni Novgorod,dans celle de Voronej et à travers toute la partie centrale et occidentale de la Russie, conséquence des fortes chaleurs que connaît le pays depuis juin. Là où la couche de tourbe est profonde et sèche, ces feux sont particulièrement difficile à éteindre, car pouvant couver des jours ou semaines, même sous la pluie. Près de Moscou, le Ministère des Situations d'Urgences a annoncé mi-août qu'ilallait dévier une rivière sur 20 kilomètres pour ennoyer les tourbières encore en feu
Vladimir Poutine , le premier ministre est allé constater les dégâts de ces incendies dans une foret près de Voronezh . La population a ensuite eu beaucoup d’espoir face au promesse de Poutine .
Deux jours plus tard, le chef du ministère des Situations d'urgence (EMERCOM) Sergueï Choïgou rapporte que la situationdes incendies dans 17 régions est difficile, le feu avançant par exemple de 100 mètres par minutes dans la région de Nijni Novgorod.
Le 5 août 2010, le ministère des situations d'urgence comptabilisait 843 foyers d'incendies signalés, dont 47 feux de tourbe et 73 incendies importants .
Au 12 août 2010, l'état d'urgence déclaré 10 jours plus tôt a été levé dans trois régions (sept régions autotal ayant été touchées par cet état d'urgence).
Le 17 août 2010, la surface en feu avait selon les autorités diminué (de 45 800 à 22 700 hectares en 24 h), avec seulement 33 hectares brûlant encore dans la région de Moscou. Igor Panchine (Ministère des situations d'urgence) estime que la situation s'est stabilisée autour des centres nucléaires menacés par le feu et que que le taux de radiation enRussie est toujours normal. Selon Sergueï Kirienko (Président de Rosatom), n'y a pas de menace radioactive sur le territoire de Sarov mais il a fallu deux fois les jours précédents évacuer des matériaux sensibles de l'unité de Sarov. Selon le site Internet de Roslesozachtchita (Agence russe de surveillance des forêts) 4 000 hectares de territoires contaminés par la radioactivité ont brûlé. Or cesite est inaccessible depuis le 13 août, ce qui peut laisser penser que les autorités cherchent à cacher une contamination de l'air et des pluies et de nouveaux transferts de radionucléides suite aux incendies .

La fumée est à l'origine d'un smog qui, en août 2010, a atteint Moscou. Sur la photographie, l'avenue Aivazovskogo photographiée le 17 juin 2010 à 20 h 22 (à gauche) et, le 7 août...
tracking img