Russie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2403 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et la fin des années 1980 : accroissement de la population.
Retournement des tendances démographiques après 1990 : inflexion spectaculaire des courbes démographiques. Pour la première fois hors d'un contexte de guerre, le solde naturel devient négatif en 1992, et il le reste depuis cette date. Flux migratoires : entre ex-républiques soviétique ouinterne à la Russie : solde migratoire net de la Russie avec le reste de l'es-URSS : 4,2 millions entre 1989 et 1998. A l'intérieur de la Russie : départs massifs des régions orientales et nordiques au profit de la partie densément peuplée du territoire. L'espace russe semble en voie de resserement rapide.
Convergence complexe de facteurs explicatifs. Il faut abandonner les sytème d'explicationsimple, type "éclatement de l'Etat et du système soviétique + crise économique = crise démographique" : conjonction de facteurs de lon, moyen et court terme. La Russie évolue, certes avec des modalités spécifiques, vers un modèle de comportement démographique caractéristique des pays industrialisés du "Nord". Resserrement, concentration de la population. La crise sociale (recomposition du systèmeéconomique et des institutions d'encadrement) a bouleversé les hiérarchies spatiales. Transformation du fonctionnement de l'Etat : mécanismes de solidarité et de péréquation en panne. Creusement rapide des inégalités de revenus, la pauvreté de masse s'inscrit dans la durée, ne commence à se résorber que depuis quelques années.
Le mouvement naturel
La péjoration des indicateurs.
Effondrement dusolde naturel. La Russie perd entre 800000 et 900000 habitants par an depuis le début des années 1990. L'augmentation considérable du nombre de décés s'acompagne d'une baisse de la natalité. Concordance chronologique entre baisse du chute du solde naturel et du PIB : nourrit l'hypothèse d'un lien entre crise économique et crise démographique. Mais la questions est plus délicate : le retour de lacroissance (arrivée au pouvoir de V. Pourtine) n'a par exemple eu aucun impact sur l'évolution du solde naturel. La croissance n'a pas réduit les inégalités sociales. Déclin de l'espérance de vie, frappe durement la population masculine : 59 ans, la mplus mauvaise de tout le continent européen. La population féminine s'en tire mieux : 72 ans. Niveau élévé de la mortalité accidentelle.
La relativité dela "catastrophe démographique". Evolution commune à bien des pays européens. La situation russe das le domaine de la chute de la fécondité n'est pas singulière : Italie, Allemagne, Grèce. De plus à part la Slovaquie, tous les pays ayant appartenu au bloc soviétique ont un solde naturel négatif, et l'espérance de vie masculine y est généralement basse. Le record de solde naturel négatif estenregistré par l'Ukraine et la Biélorussie et non la Russie.Situation à rapprocher d'une tendance globale de la zone est-européene, et plus particulièrement des pays de l'es-URSS. Rôle des comportements. Augmentation de la mortalité : détérioration du système de soin, cette augmentation est due à une crise longue des structures sociales et des comportement, inadaptation du système sanitaire à prendre encharge certains problèmes. Modèle soviétique de l'encadrement des soins à bout de souffle avant même la pérestroïka. URSS puis Russie incapables de promouvoir une politique de santé préventive capable d'influer en profondeur sur les comportements de la population. 1985-1987 : lois répressives de Gorbatchev contre l'alcoolisme, effet très temporaire. Chiffres de la mortalité routièreremarquablement haut : six fois plus élevés qu'en France pour une circulation deux fois moins importante. Homicides et suicides très présents (à relier avec l'alcoolisme). La catastrophe (surmortalité durable des adultes, et notamment des hommes) était en germe avant le passage à l'économie de marché. Nuances : la mortalité des personnes âgées n'a par exemple pas connu de hausse grave, malgré la dégradation...
tracking img