Ruy blas - commentaire acte 5 scènce 4

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1619 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans Ruy Blas, Victor Hugo rompt avec les règles du classicisme et prône le mélange des genres : c'est le drame romantique où le croisement des registres (tragique, comique, pathétique, sublime, grotesque …) satisfait au désir de vraisemblance.
Ruy Blas est une pièce de théâtre écrite en alexandrins, et a été publiée en 1838 ; c’est l'une des grandes œuvres de Hugo où il réaffirme ses diresexposés dans la Préface de Cromwell. La scène 4 de l’Acte V constitue le dénouement de la pièce ; celle-ci présente une double particularité, c’est une scène d’amour très courte dans laquelle le héros va jusqu’au suicide tandis qu’il se trouve sur scène. C’est lors de cette issue fatale que la reine qui dans un premier temps ne peut pas accepter cet amour (« un ver de terre amoureux d’une étoile »),va finir par lui pardonner et le reconnaître sous le nom de Ruy Blas. C’est donc sur ce duo sublime et pathétique à la fois que va se clore le drame.
On peut alors constater la manière dont Hugo dramatise la fin de son héros romantique.
D’une part, on remarque que la reine et Ruy Blas sont attirés l’un par l’autre même si leurs caractères sont opposés, d’autre part, on peut noter les différentséléments qui font de Ruy Blas un personnage romantique pour lequel la dimension religieuse semble primordiale.

Dans cette scène de dénouement, Victor Hugo évoque ces deux personnages de manière inversée. Ruy Blas qui est en proie à une grande agitation est ici un valet déconcerté par un sentiment de culpabilité tandis que la reine un brin orgueilleuse manifeste dans cette scène ses sentimentsvis-à-vis du personnage éponyme. Ruy Blas est très mal à l’aise surtout après s’être révélé contre la société qui l’opprime en tuant son maître, Don Salluste. Il exprime son trouble par l’interjection « oh ». C’est un personnage qui se montre à la reine d’une « voie grave et basse » en adoptant face à elle une situation d’imploration. Avant même de passer à l’aveu, clairement énoncé parl'expression « il faut que je vous dise », il tente de s’excuser « je ne suis point coupable autant que vous le croyez ». La répétition du terme « je n’ai pas l’âme vile » montre bien qu’il essaye d’expliquer à la reine qu’il n‘est pas machiavélique comme l’était son maître Don Salluste ; l’aveu que va faire Ruy Blas semble effroyable. Tout au long de la scène, de multiples verbes se rapportant à laparole renforcent cette idée d'aveu : « parle avec franchise », « raconter », ou « je vais de point en point tout dire ». Ruy Blas montre toujours autant de respect à l’égard de la reine en continuant de la vouvoyer, par ailleurs, il décide de rester à distance lors de ses explications. Il se lance dans un plaidoyer sincère par le champ lexical de la faute, de la culpabilité. La plupart de ces phrasessont négatives ; cela montre qu’il n’a toujours été qu’une victime de la société puis par la suite de l’amour qu’il éprouvait pour la reine « cet amour m’a perdu ». L’emploi d’un conditionnel passé « j’aurais dû » est un autre indice du regret qu’il éprouve face à la situation. Brusquement l’attitude du personnage évolue après que la reine lui ai refusé son pardon, tout d’abord il se lève puis ilchange de ton. On remarque que c’est le sentiment de l’amour qui l’emporte sur son sentiment de culpabilité. Il se sacrifie alors pour ce « pauvre ange » qui « l’a aimé ». C’est à ce moment que l’ont se rend vraiment compte que c’est un personnage noble qui ne veut que le bien de sa bien-aimée l’aidant à apaiser ses remords, même si cela va lui coûter la vie. On rencontre par ailleurs à nouveaucette idée de fatalité, la mort est son destin et il ne peut pas y échapper. Ici Ruy Blas introduit le thème romantique de la solitude, celui de l’homme incapable de vivre dans un monde hostile et qui va mourir après avoir tenté un amour impossible. En même temps c’est une scène riche en paradoxe, le désarroi du héros y côtoie le bonheur et l’apaisement, après avoir été pardonné par la reine, il a...
tracking img