Ruy blas [v. hugo]

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 29 (7026 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture : Ruy Blas, Victor Hugo
I- Auteur et apport à la littérature de l'époque
Victor Hugo est l'un des écrivains les plus marquants de l'histoire de la littérature, toutes langues confondues. Deux de ses principales oeuvres, Les Misérables et Notre Dame de Paris, ont été traduites, chantées, réécrites pour le théâtre et adaptées pour le grand écran, à travers le monde.
S'il s'estimposé à nous à travers ses grands romans, il a aussi touché à la poésie et au théâtre. Et très jeune il voulait déjà «être Chateaubriand ou rien», il fut plus.
Hugo est né à Besançon, le 26 février 1802, de l'épouse d'un général de Napoléon. Malgré cet environnement militaire, et un don marqué pour les mathématiques, il deviendra un homme de lettres qui adoptera très tôt le romantisme, qu'onverra se traduire dans deux drames, Cromwell et Hernani, alors qu'il n'avait pas encore 30 ans. Mais bien avant, en 1819, il avait fondé le Conservateur littéraire, une revue qui disparaîtra cependant dès mars 1821. Sa carrière d'homme de lettre est tout de même définitivement entreprise.
En 1822, il publiera Odes et Poésies, puis suivra son premier roman, Han d'Islande, en 1823. Cromwell etHernani suivront en 1827 et 1830.
Victor Hugo n'a que 29 ans lorsque, en 1831, il termine Notre Dame de Paris, l'un de ses chefs-d'oeuvre.
L'année 1841 verra son entrée à l'Académie française. Il est alors au milieu d'une période féconde au-dessus de laquelle passeront toutefois des nuages sombres : le bris de son ménage et la perte de sa fille aînée Léopoldine.
Victor Hugo fera plus tard le saut enpolitique mais il se brouillera rapidement avec Louis Napoléon et prendra le chemin de l'exil. Un exil qui durera quinze ans mais au cours duquel il écrira quelques-unes de ses grandes oeuvres, dont Les Misérables, roman terminé en 1861.
Il reviendra en France en 1870 mais ne tardera pas à se brouiller de nouveau avec le politique. Élu député de Paris à l'Assemblée nationale, le 8 février 1871,il démissionnera un mois plus tard, en pleine séance. Il fera un retour en politique, en 1876, alors qu'il est élu sénateur.
Victor Hugo décédera le 22 mai 1885 et la République lui fera des funérailles nationales. Son corps repose au Panthéon.
Victor Hugo et la Comédie-Française

La Comédie-Française des années 1820 était dans une situation très préoccupante. Le départ et la mort de Talma, laréouverture de l'Odéon après l'incendie de 1818, la concurrence croissante du Théâtre de la Porte Saint-Martin avaient aggravé la désaffection du public que le répertoire classique, repris sans innovation, ne séduisait plus. Dans ce contexte, la nomination en 1825, comme commissaire royal, du baron Taylor, jeune homme aux talents multiples, ami des écrivains romantiques, pouvait donner desespérances de renouveau.
La censure pesait aussi lourdement sur le répertoire. Marion de Lorme, nouvelle pièce de Hugo, reçue très favorablement par le comité de lecture du Français, dont la distribution était déjà faite, fut interdite car elle mettait en scène la décadence de la royauté. L'obstination des romantiques ne leur ouvrit finalement la porte de la Comédie-Française qu'en 1829 avec Henri IIIet sa cour d'Alexandre Dumas et Othello ou le More de Venise d'Alfred de Vigny.
Pour Victor Hugo qui se présentait depuis la préface de Cromwell comme le précurseur du drame moderne, il était temps de faire entrer une de ses œuvres au répertoire. Ce fut Hernani. La pièce, promise à la Comédie-Française, est reçue « par acclamation » au Comité de lecture. La censure laisse faire, comptant sur lediscrédit que ne manquerait pas de jeter sur son auteur un pareil ouvrage. Des pressions du pouvoir oblige toutefois l'auteur à faire quelques corrections. Taylor ne ménage pas ses efforts pour créer des décors et des costumes luxueux. Les comédiens, quoique peu habitués au style de jeu qu'exige le drame moderne, font de leur mieux. Mademoiselle Mars (Doña Sol) tient tête à Hugo, mais travaille...
tracking img