Ruy blas

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1481 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse de la scène 2 de l’acte III, v. 1108-1158, p. 118-120
☛ Montrer comment Hugo donne au discours de Ruy Blas une portée universelle
Analyse guidée
I. Le tableau d’un empire en déclin
a. L’Espagne que décrit Ruy Blas apparaît comme le royaume du crime et de la corruption. En étudiant
les images, le rythme et les sonorités des vers, montrez comment Hugo souligne la violence
de ceconstat. Repérez à quel épisode biblique il fait allusion. L’Espagne telle qu’elle est décrite par
Ruy Blas apparaît comme le royaume du crime, de la corruption et du banditisme. Chaque seigneur
madrilène a « cent coupe-jarrets » (v. 1110), « la nuit on assassine » (v. 1113), et Ruy Blas dit s’être fait
voler la veille. Par ailleurs, la corruption menace la justice, tandis que l’armée est endéliquescence,
puisque « pas un soldat [n’est] payé » (v. 1116). L’image de la souillure, lorsque l’Espagne est comparée
à un « égout » impur (v. 1108), traduit la décadence morale du pays, tandis que les énumérations,
martelées dans un rythme ternaire, soulignent la rudesse et la violence de la situation. Il y a à Madrid
« Génois, Sardes, Flamands » (v. 1111), les soldats sont « des gueux, des juifs,des montagnards » (v. 1119).
L’allitération en [t] (qui traverse les vers 1121 à 1124, avec les mots « toute », « sitôt », « tombe », « trouble
», « douteux », « transforme », « Matalobos », « troupes »), confère également au discours une certaine
dureté. Enfin, l’allusion faite à la tour de Babel annonce la chute prochaine du pays.
11
Ruy Blas
© Éditions Belin/Éditions Gallimard, 2009.
b.Le déclin de l’Espagne est associé à une agonie. Relevez le champ lexical du deuil et identifiez
le registre qui est ainsi introduit. L’Espagne est un pays à l’agonie, comme le prouve l’importance
du champ lexical du deuil et de l’ombre. Ruy Blas parle de « siècle funeste » (v. 1133), dit que le peuple
espagnol, « couché dans l’ombre » (v. 1136), « expire » (v. 1137), rappelle Charles Quint desa « tombe »
(v. 1140), déclare que « L’Espagne se meurt ! [que] l’Espagne s’éteint ! » (v. 1144). Le tableau qu’il dresse
de l’Espagne doit susciter l’effroi, mais aussi la nostalgie des temps meilleurs. Hugo joue ici à la fois
sur le registre élégiaque et sur le registre tragique.
c. Pour souligner la gravité de la situation, Ruy Blas évoque la grandeur passée de l’Espagne.
Relevez lesréférences faites au Saint-Empire romain germanique et repérez l’importance des antithèses
dans cet extrait. Si la métaphore de l’ombre traverse l’évocation de l’Espagne contemporaine,
la lumière, par antithèse, caractérise le passé glorieux du pays. Ruy Blas parle de « soleil éblouissant »
(v. 1146), de « jour » (v. 1147), d’« aurore » (v. 1150). Cette période lumineuse, c’est celle du règne deCharles Quint, celle du Saint-Empire romain germanique, auquel le « globe » (v. 1145), le « sceptre »
(v. 1154) et l’« aigle impérial » (v. 1156), font référence.
II. Un discours vivant
a. À plusieurs reprises, Ruy Blas compare des hommes ou des pays à des animaux. Étudiez le
bestiaire et sa fonction symbolique dans ce passage. Ruy Blas développe un bestiaire édifiant. Tout
d’abord, des vers1135 à 1138, le peuple espagnol est comparé à un lion mourant dans un « antre »
(v. 1137). L’évocation de ses « membres énervés » (v. 1135) et l’image de sa dévoration par la « vermine
» (v. 1138) évoque une charogne, vision frappante, d’un réalisme cru. Puis, à la fin de sa tirade,
Ruy Blas parle de l’« aigle impérial » (v. 1156) pour évoquer le Saint-Empire romain germanique au
faîte de sagloire. Par antithèse, il est devenu un « pauvre oiseau plumé » qui cuit dans une « marmite
infâme » (v. 1158). Le lion et l’aigle, symboles royaux et impériaux, symbolisent la grandeur perdue de
l’Espagne, et les charognes, son déclin, tandis que les pilleurs de la nation sont des prédateurs. Par
l’intermédiaire de ce bestiaire, Ruy Blas parvient à marquer l’esprit de ses auditeurs.
b. Ruy...
tracking img