Rwanda

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1899 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Questions :
1°) Comment et pourquoi l’administration coloniale du Rwanda a-t-elle manipulé la distinction entre Hutus et Tutsis ?
Les « massacres » qui ont eu lieu au Rwanda ont été qualifié à juste titre de génocide par l’ONU de par « le caractère prémédité et organisé d’une campagne d’extermination de l’ethnie tutsi ». C’est ce caractère prémédité, avec un accent mis sur la cruauté et lasouffrance, qui nous pousse à nous demander la source, source qui ne peut alors être considérée comme issue d’une évolution possible de tensions entre deux groupes d’individus, comme nous le rappelle à juste titre l’auteur, qui se produirait dans d’autres cas de guerres civiles ou autre. Cet accent sur la cruauté ne peut que traduire une « utilité » politique. D’ailleurs le parallèle que faitl’auteur entre la monarchie européenne et africaine en fait preuve dans le recours à la cruauté qu’exerçait le pouvoir.
Elle résulte de manipulations politiques qui ont fait de l’appartenance ethnique un critère décisif pour les massacreurs. Puisque comme nous précise Claudine Vidal, rien dans l’histoire du Rwanda ne réfère à une extrême violence systématisée sur femmes et enfants et aucune tradition nes’y réfère. Cependant ils jouèrent sur l’histoire en faisant, dans un processus d’identité collective ethnique, des leaders tutsi et hutu, des ennemis séculaire. Une sorte de propagande pour justifier l’appel à la violence des années 50.
Cette distinction entre hutu et tutsi d’un point de vu « ethnique » n’existant pas avant le passé précolonial, en effet ces derniers ne constituant pas de «communautés, ni de groupes d’intérêts » mais tenait leur différence dans un passé généalogique se basant sur un système de transmission patrilinéaire. Au début du XXème siècle cependant, l’aire rwandaise était morcelée en régions aux différents régimes politiques dirigées par des souverains hutu et tutsi, le rapport identitaire ici était plus fort que les différences hutu-tutsi et les rapports de forcen’avait alors rien à voir avec les ensembles ethniques constitués.
Les clivages « ethniques » ont été posés par les colonisateurs européens qui établirent une cristallisation des ensembles tutsi et hutu en « classes sociales/ethniques ». Le pourquoi résident dans le fait qu’ils s’appuyèrent sur la dynastie tutsi en établissant sa suprématie sur tout le territoire, entérinant de fait desfractures sociales fortes entre une population (les tutsi) ayant accès aux richesses et études supérieurs, et les hutu de l’autre côté assimilés à des « cerfs » si l’on fait une analogie au moyen-âge, ces derniers relayés au rang d’agriculteur. Ils ont voulu établir un système se rapprochant du système européen - n’oublions pas que les colonisateurs ont toujours eu la volonté « d’éduquer » les peuplesqu’ils colonisaient- n’étant pas familiers avec la notion de clan, ils ne comprenaient pas l’organisation de la société rwandaise en clan, étant donné que les Hutu étaient organisés en micro royautés là où il y avait une dynastie Tutsi au quelle il était plus facile de prendre le pouvoir politique pour régner sur l’ensemble du territoire.
Ce clivage ethnique ou plutôt social -où l’identité socialefut assimilée à l’ethnie- était renforcé par plusieurs éléments, qui justifiaient là où il n’y avait pas avant cette distinction, de par un renfort légal avec l’assignation de l’ethnie sur la carte d’identité mais aussi une propagande historique enseignée à travers le pays donnant pour vérité historique la distinction ethnique hutu-tutsi qui justifiait de fait dans cette logique les inégalitéssociales, une race supérieur, étrangère à la race inférieur des agriculteurs hutu alors conquis et dominés, propos colportés par des écrits « savants ». Ce qui supposait que très rapidement il y aurait de fortes tensions qui mèneraient à la violence, celles-ci ne pouvant être que sociales étant donné que les différences sociales tenaient des différences ethnique instauré par le pouvoir...
tracking img