Sémiotique de la montre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2311 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
SEMIOTIQUE DE L’OBJET : LE CAS DE LA MONTRE
Mr Bordron



Il faut donner du temps au temps… Miguel de Cervantès

Introduction :

Un objet quelconque (objet matériel ou objet de pensée) n'existe sémiotiquement parlant que par un discours dans lequel il se manifeste. L’objet n'existe pas sans une relation avec un sujet pour lequel il est un objet de valeur ou un objet de désir.Comme l’a exprimé Jean François Bordron, dans Le statut sémiotique du monde naturel et la question de l’objet dans les Nouveaux Actes Sémiotiques :
« Le domaine des objets est immense, aussi faut-il limiter notre investigation. Nous n’envisagerons que les objets en rapport direct avec la perception sensible, laissant donc hors de notre investigation les objets idéaux, comme les nombres, les êtresde la géométrie, les objets simplement possibles ainsi que les objets discursifs comme les fictions, figuratives ou abstraites. Cette limitation n’implique pas que l’on doive s’en tenir aux objets au sens usuel dont les propriétés les plus générales sont d’être à trois dimensions et d’une certaine stabilité […]».
Nous nous concentrerons ici plus particulièrement sur l’objet qu’est la montre. Nouspouvons dire que la montre a des parties qui sont liées entre elles pour former son tout. La montre est un élément d’usage et de perception, elle est le résultat de plusieurs procédés. Si l’on souhaite faire une sémiotique de la montre, il faut tout d’abord la considérer en elle-même comme le plan de l’expression, c’est-à-dire le signifiant. Le plan du contenu, c’est-à-dire le signifié seraitquant à lui significatif de tous les usages que l’on peut en faire.
Dans un premier temps, nous nous centrerons sur l’histoire de la montre, puis par la suite, nous verrons sa phénoménologie.

1- L’histoire et la naissance de la montre
1-1- Définition générale

Tout d’abord, définissons la montre et cherchons à comprendre en quoi nous pouvons la caractériser au niveau de son usage parrapport aux autres objets destinés à mesurer le temps, tels que le chronomètre, le sablier, le métronome, etc.
Une montre est selon le dictionnaire encyclopédique Quillet, «  une petite horloge de poche, pouvant marcher dans toutes les positions, comprenant un cadran extérieur et un mouvement d’horlogerie, contenu dans une boite en or, en argent, en platine ou en acier, et que l’on porte demanière générale sur soi ou au poignet pour connaitre l’heure ». Selon, le petit Larousse, une montre est « une horloge portative intégrée à un bracelet, en cuir, métal ou matières synthétiques, qui se porte généralement sur le poignet gauche, cadran en haut. Les montres sont généralement de deux types de mécanismes : les montres à aiguilles ou les montres dites à cristaux liquides et animées soitélectriquement via un quartz oscillant soit par un ressort remonté manuellement ».

1-2- Création et historique de la montre

Apres avoir défini le terme en lui-même, nous retracerons son histoire et sa création.
Depuis plus de cinq mille ans, l’homme travaille à inventer divers moyens de mesurer le temps, divers appareils de plus en plus ingénieux. Durant le premier millénaire, les cadranssolaires, les sabliers, et surtout les clepsydres étaient utilisés. Il y a trois à quatre mille ans, on vit apparaître les premiers instruments de mesure du temps : les gnomons. Il s’agissait d’un simple bâton planté dans le sol, projetant son ombre dans une direction différente selon l'heure du jour. Ceci était possible grâce au soleil, une garantie incontestable du temps qui passe. Ensuite,arrivèrent les cadrans solaires. Ils étaient constitués, comme leur nom l'indique, d'un cadran sur lequel étaient tracées des lignes horaires à l'intersection desquelles se trouvait un stylet, celui-ci projetant son ombre tout comme le gnomon. En 1500 avant Jésus Christ, naît la clepsydre, avec laquelle on lisait l'heure par la quantité d'eau qui s'écoule d'un vase à un autre, ce dernier étant...