Saint amant - le paresseux - commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1530 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Si le XVII° siècle français est connu pour ses auteurs classiques comme Racine ou La Bruyère qui traitaient de sujets élevés dans un style noble, Saint Amant, esprit baroque et libertin, grand voyages polyglotte, s'est plu au contraire à évoquer dans ses poèmes des scènes de la vie quotidienne ou familière. C'est ainsi qu'il badine dans ses ouvres poétiques sur les « goinfres » de ou tel « poètecrotté ». Dans le sonnet régulier intitulé « le Paresseux » qu'il adresse à son ami Baudoin, il se représente au fond de son lit, écrivant avec mollesse ces vers dans lesquels il fait l'éloge de oisiveté. Quelle image le poète nous livre-t-il ? Nous verrons que la peinture qu'il fait de lui-même nous invite à voir dans ce sonnet un éloge paradoxal de la paresse.

Saint-Amant offre d'abord letableau d'un paresseux dont le comportement presque pathologique s'efface au profit d'une scène où triomphe la désinvolture.

Le portrait que compose le poète de lui-même en paresseux se veut crédibles vraisemblable et presque pictural. Il se donne à voir et nous imaginons, de fait, très bien l'homme de accablé )) (vers 1). sa ff langueur )h (vers 8)a ses 4| yeux entrouverts )) ( N'ers 1 2) , sa ffmain hors des draps à) (vers 13), comme ravi au sens de ç( ensorcelé )) par 44 ce plaisir chantant il (vers 9) qu'est la paresse. Le mot même est souvent repris par des substituts synonymiques comme Lç oisiveté )) (vers 7), or langueur à) (vers 8) ou ççï ce plaisir si doux et si chantant )) (vers 9) auxquels s'ajoutent, parfois en s'y opposant, la rudesse des sonorités que produisent lesocclusives sonores en k ou g. On ies trouve notamment à la fin du 10 et du 20 quatrains : 44 Ou comme un Don Quichotte en sa morne folie. / Où mon âme en langueur est comme ensevelie. À. 11 semble que cette abondance d'occlusives contribue à créer l'illusion de la difficulté qu'éprouverait le .paresseux à écrire ces mots. Dans cette hypothèse, la dureté de certains sons équivaudrait à autant de sursautsdu rêveur langotlretlx, luttant mollement conte l'apathie et la somnolence 'traduites. elles, par des sonorités sifflantes comme au vers 5 par exemple : rf Là, sans me soucier des guerres détalée )). De même, les sonorités ouvertes en IL an )) et Lf a p du premier vers évoquent le bâillement en harmonie imitative.

. Mais, au-delà de ce tableau, le poète cherche aussi à frapper les esprits parses j ' $ mots. Ainsi en est-il du premier de accablé )) qui dénote un affaiblissement du corps et : .,

de l'esprit tout ensemble. Son sens paraît renforcé par l'emploi de deux compléments t du nom de part et d'autre de 1 hémistiche LL de paresse et de mélancolie ai. Ce dernier l ) mot rime avec ff folie )) (vers 4), tous deux évoquent le lien que fait le poète entre la 7 !' tristesse de 1htlnzel;u' noire et de la paresse. De même, le tenue ai ensevelie p placé à la ' fin du vers 8 renvoie à la mort. Pourtant, en se comparant à un lièvre en pâté au vers 3, Saint-Amant réduit à néant le sens macabre de ce vocabulaire et le registre devient burlesque et satirique : le poète fait preuve d'autodérision et se moque aussi de tous ceux qui se disent atrabilaires. L'image se poursuit tout aulong du poème puisque au premier tercet, le poète reprend pour lui-même le verbe (f dormir à) qui le rapproche encore une fois du lisière. Et son embonpoint, perceptible dans 44 s'enfler ma bedaine )), fait lui aussi penser au pâté bien gras. Saint-Amant se surnommant d'ailleurs lui- même ff le bon gros )/. La seconde comparaison qu'il utilise pour parler de son attitude le discrédite aussitotalement puisqu'il met en scène Don Quichotte, un personnage littéraire connu pour ses rêves éveillés en parallélisme de construction avec le lièvre ! Le lieu d'où il écrit peut également porter à sourire : ft dans un lit )) puis ai hors des draps là. 11 est très peu courant, en poésie, d'évoquer ce genre d'endroits familiers et une telle oisiveté. Le lyrisme que l'on retrouve dans ff je trouve ce...
tracking img