Saint-denys garneau et alain grandbois traitent, dans cage d’oiseau et ô tourments, le thème de la fatalité d’une façon similaire ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (867 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
A-t-on raison de penser que Saint-Denys Garneau et Alain Grandbois traitent, dans Cage d’oiseau et Ô tourments, le thème de la fatalité d’une façon similaire ? Discutez.
La définition du motfatalité peut nous être donnée comme étant le caractère de ce qui est inévitable mais aussi d'un événement fâcheux et malheureux. Dans «Cage d'oiseau » d’Hector Saint-Denis Garneau et dans «Ô tourments»d’Alain Grandbois, les deux auteurs prennent pour thème celui de la fatalité. La question qui sera analyséE dans le présent texte sera de savoir si les deux auteurs traitent du thème de la fatalité defaçon similaire. L'analyse de cette question se fera par les arguments pour, la thèse, les arguments contrent, l'antithèse et la prise de position dans la synthèse.
Dès les premiers versets des deuxœuvres d’Hector Saint-Denys Garneau et Alain Grandbois nous sommes confrontés à des attaques dures et sévères sur le vécu, la vie et la mort. Une grande lassitude nous atteint, un gouffre s'ouvre où peud'espoir reste. Les deux poètes souffrent du même mal de vivre. Leur poésie est différente mais elle traite du même mal, de la même fatalité. Saint-Denys Garneau nous le démontre dans ce verset:«L’oiseau dans ma cage d’os, C’est la mort qui fait son nid» et Alain Grandbois nous le démontre lui aussi: «Vous possédez l’éternelle dureté des rocs , Et les adorables épées du silence ont en , vain défié vosfeux noirs,» Nous pouvons nous demander si c'est l'héritage des auteur français à la mode de cette époque tel que Verlaine, Baudelaire ou Rimbaud, qui déclamaient tous sur la non-raison de vivre oud'avoir de l'espoir. La fatalité du malheur semble inévitable et incontournable. La lecture des deux poèmes nous amène à nos premières découvertes des versets du Vaisseau d'Or d'Émile Nelligan quidéplorait une grande fatalité dans tout. Une finale où tous nous serons morts. Les deux poètes le démontreNT bien: «Il aura mon âme au bec. » déclaMe Hector Saint-Denys Garneau et «Pourquoi ces...
tracking img