Salaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1550 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le salaire est-il l’ennemi de l’emploi ?

Controverse sur chô britannique des 20’s oppose Keynes à Pigou et Rueff.
Pr Keynes : Pol déflationniste de W. Churchill réduit D et crée chômage involontaire.
Pr Pigou et Rueff : salaires excessifs détruisent l’n et engendrent chômage vltaire.

A la fin du XX, ce débat n’est pas clos. Mondialisation, en soumettant salariés des PDEM à concurrence desNPI, l’UE en intégrant les anciens pays de l’Est, conduisent à reposer question :
( Le salaire est-il l’ennemi de l’emploi ?

Salaire = revenu fixe du L, obtenu en vspartie de l’act de prod, son niveau est lié à celui de la Pté.
Ds sté salariale qui se dév au XX (R. Castel), négociation des salaires s’institutionnalise et devient collective.
Il faut distinguer salaire nominal = négocié vspartenaires sociaux, et salaire réel = déterminé ex post par l’évolution des px.
Distinguer également salaire perçu par salarié et le ct salarial supporté par entreprise, incluant charges sles et impôts et taxes sur salaire.

Entreprise, qui combine facteurs de prod pr produire B et S vendus sur marchés concurrentiels, doit intégrer px L ds ses calculs. Salaire est alors ct qu’elle cherche àminimiser. Ms salaire est également revenu déterminant D des ménages.
Relation vs salaire et n doit dc s’envisager aux niveaux micro et macroéco.

I. A échelle microéco de l’entreprise, salaire n’est pas tjrs l’ennemi de l’n.

A. Analyse néo classique montre que producteurs rationnels et calculateurs , placés ds cadre d’un marché concurrentiel, vont réagir à une augm du px du L en réduisant l’Od’n.

• Entreprise combine facteurs de prod pr produire B ou S vendus ac profit sur marché :
Si, à lg terme, facteurs de prod st substituables, leur px relatif détermine combinaison prod.
=> Hausse px L par rapport px capital incite firmes à adopter combi épargnant L (labour saving).
I de Pté permettent substituer capital au L : élèvent Pté du L ms réduisent Q m.onécessaire.
=> Pr prod identique, l’n se dégrade et le chô augmente. Chô est vltaire (Pigou et Rueff).
Ainsi, augmentation part salaires ds VA en France de 1973 au début 80’s a conduit firmes à privilégier I de Pté.

A la mm époque, aux EU, faible ct L préservait les n peu productifs : chô est resté modéré. Cpdt, inég se st creusées.
=> Semble dc exister arbitrage vs chômage(inég devant l’n) et inég de salaire.

• D’une manière générale, salaire constitue ct pr l’entreprise :
- Hausse des salaires > gains de Pté dégrade leur comp-px. Firmes peuvent alors perdre parts de marché et contracter leur act : l’n diminue.
- Ces firmes réduisent également leurs I, ce qui propage crise aux autres secteurs et l’amplifie par phénomène du multiplicateur.
-Enfin, firmes incitées à délocaliser vers pays à m.o bon marché. Ainsi, ds éco ouverte, territoires et salariés apparaissent en concurrence les uns ac les autres.

( Ecarts de salaires ne st soutenables que s’ils st compensés par écarts de Pté et de tx de change.
En 1969, dévaluation franc (12.5%) est venue partiellement compenser hausse salariales de 1968 => préserver comp-px firmes françaisesau sein Marché commun.

B. Cpdt, entreprises en situation de comp-qualité peuvent adopter logique de salaire d’efficience.

• Sur marché L imparfait, caractérisé par asymétrie d’info et aléa moral, salaire devient déterminant de la Pté (Leibenstein, Stiglitz) :
Rémunération élevée > au salaire d’équilibre du marché, incite salarié à augmenter sa Pté pr conserver son n (modèle du« tire au flanc » Shapiro et Stiglitz).
=> Ds situation concurrence monopolistique, exigeant en permanence innov et PT, croissance de la firme et de l’n, employeur est conduit rationnellement à verser salaires forts.

Ford dès les 30’s a attiré salariés les plus productifs grâce au « $5 day ».
A échelle internationale, brain drain qui attire aux EU actifs très qualifiés...
tracking img