Salons litteraire au 18e siecle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1120 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Intro :

Mouvement des Lumières : Mouvement qui commence à la mort de Louis XIV, en 1715 : basé sur la raison ( critique sociale, politique et religieuse (monarchie + religion catho).
Les philosophes remettent tout en question, se demandent où est la vérité dans chaque chose.
Il n’y a pas de vérité absolue et la celle-ci dépend du point de vue qu’on adopte.
Les philosophes des Lumièresétaient, à l’époque, désignés par le terme « parti philosophique » ou encore « parti encyclopédique » car de nombreux philosophes des Lumières ont participé à l’élaboration de l’Encyclopédie.
Les philosophes et la noblesse discutent de ces sujets ds des lieux comme les salons littéraires.
Si ces derniers étaient déjà présents au XVIIe, c’est au XVIIIe qu’ils se développent véritablement.

I.Définition du salon littéraire

Ces salons se tiennent en dehors de la Cour ce qui permet d’avoir des opinions différentes, voire contradictoires, par rapport à celles de la Cour. Ils permettent d’apporter un regard nouveau sur les œuvres littéraires et les sujets qui y sont abordés.
Ces salons qui étaient plutôt mondains et littéraires au XVIIe deviennent plus philosophiques au XVIIIe.
Dans lapremière moitié du XVIIIe, les salons ont conservé leur mondanité puis, à partir de 1750, l’esprit philosophique s’est peu à peu développé, ce qui entraine une contestation du pouvoir, une remise en question de tous les sujets et une acceptation de tous les points de vue sauf des extrêmes comme le « fanatisme ».
Ils servent à la diffusion des Lumières et luttent contre l’obscurantisme.
Les salonspermettent, à une époque de crise intellectuelle, d’énoncer des vérités trop fragiles ou trop audacieuses pour être confiées à l’écriture, tout en étant parfois la source directe de créations littéraires.
Les salons sont des lieux de rencontre entre les écrivains et l’élite mondaine qui les accueille. Ce sont des espaces d’évasion, de liberté, où les idées s’échangent et s’affinent. Rassemblantun cercle d’auditeurs privilégiés autour des hommes de lettres, les salons permettent le relais des opinions auprès des pouvoirs et du grand public.
Les salons deviennent alors les foyers de l’esprit philosophique et favorisent le partage et le développement de ces idées. Ils sont une source de développement et d’autonomie de la littérature et ont contribué à structurer le champ littéraire.
Lesthèmes abordés dans ces salons étaient les problèmes littéraires, scientifiques (magnétisme, inoculation), l’actualité politique et sociale, les grands débats d’esthétique.
Ces salons ont été bénéfiques à de nombreux philosophes comme Voltaire ou Diderot, leur permettant ainsi de trouver des thèmes d’inspiration pour leurs écrits. De plus, ils contribuent à la promotion sociale des écrivains enleur faisant rencontrer des mécènes et des protecteurs, ils favorisent l’essor de genres propres à la littérature mondaine, comme la poésie de salon, les romans et les lettres, et ils donnent un exemple du bel usage de la langue.
Ces salons se tenaient de manière hebdomadaire, on disait qu’ils étaient « marqués » à l’époque.

II. Quelques salons connus

Duchesse du Maine : salon appelé lacour de Sceaux (se tient au château de Sceau) de 1700 à 1753.
Il y règne tout le temps une ambiance festive
Participants : Fontenelle, la Motte Houdart, l’Abbé Chaulieu, Mademoiselle Delaunay
C’est là que Voltaire a écrit Zadig et que cette pièce a été jouée pour la première fois.
Elle est embastillée en 1718 puis remise en liberté et ses salons reprennent.
Son salon prend fin en 1753 à samort

Marquise de Lambert de 1710 à 1733 rue de Richelieu
Son salon est plus « sérieux » que celui de la duchesse du Maine (mardi : savants, artistes et écrivains + mercredi : mondains) elle fait une sélection parmi les personnes qui désirent rentrer dans son salon.
Participants : Fénelon, Fontenelle, la Motte Houdart, Montesquieu, Marivaux
Son salon prend fin en 1733 à sa mort et ses...
tracking img