Salvador dali

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1047 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction On ne présente plus Salvador Dali (1904- 1989), qui, peintre sculpteur, graveur, cinéaste, poète, fût l'un des plus grands représentants du Surréalisme. Artiste emblématique du XXème siècle, il a réalisé une ' uvre foisonnante et provocatrice, à la fois adulée et contestée, tout en montrant un style de vie dans lequel il se mettait toujours en scène pour assurer la promotion de sesexpositions et de ses ' uvres. Dalí explore certaines applications optiques comme la stéréoscopie, les déformations en miroir, les effets de perspective, mais aussi les effets d'optique. Dalí s'essaye aussi au design intégral, à l'application de l'art à tous les aspects de la vie quotidienne. Car si Dali fut d'abord un peintre, il ne se contenta jamais des limites de la toile, qui pour luienferment l'expression artistique. Dans ses oeuvres, qu'elles soient peintes ou sculptées, c'est toujours vers une autre dimension qu'il se tournait et qu'il conviait le spectateur. Il avait une conception tridimensionnelle de ses visions surréalistes. Description Du coté de la figure (le marché aux esclaves), des formes sont bien prégnantes sur un fond de paysage : au premier plan nous avons sur latable le pied ébréché d'une coupe, au second plan deux figures féminines habillées de noir et blanc bornées sur leur droite par un personnage vu de dos, puis enfin, au-dessus de ces trois personnages et à travers l'arche en ruines, nous percevons une partie de ciel. Maintenant, du coté du fond (le buste invisible de Voltaire), ces trois éléments se retrouvent confinés à l'intérieur d'un même plan: le pied ébréché devient le socle du buste, les deux personnages féminins se transforment en visage de Voltaire et enfin le ciel forme son crâne. Et c'est là que nous avons du fond, puisque le ciel, élément le plus éloigné du paysage, fond par excellence de ce genre pictural, se trouve, en cette seconde interprétation, placé au premier plan, posé sur la table, comme étant le sommet du bustesculpté par Houdon. Ainsi, nous avons une inversion incessante des deux catégories de surfaces, le fond participant parfois au fond (en tant qu'élément du paysage), puis prenant ensuite la place de la figure (en tant que crâne). La seconde raison est qu'une fois ce premier choix effectué, nous avons encore à choisir parmi les trois mécanismes plastiques de l'ambigu que sont : la superposition, lecontact ou l'alignement équivoques. Longtemps, j'ai pensé que nous avions là une superposition équivoque. Cette toile m'évoquait des figures ambiguës connues, qui, à la manière de Ma femme et ma belle-mère (ci-dessous à gauche), alternent deux images successives à l'intérieur d'un même tracé (celles d'une jeune et d'une vieille femmes). Ainsi, une partie du buste de Voltaire se superpose-t-elleparfaitement aux trois personnages du marché aux esclaves. En cela, la superposition équivoque est patente. Mais que faire du reste : le pied du buste et le crâne de l'écrivain ? En fait, nous avons encore un contact équivoque des contours, puisque les deux lectures de l'image donnent lieu à deux échelonnements distincts et différents. En premier lieu, notre regard découvre au premier plan un compotierposé sur la table, puis s'éloigne vers un trio de personnages, pour venir buter sur l'arrière plan du ciel verdâtre et lointain. En une seconde lecture, les derniers plans s’avancent jusqu'au compotier pour s'associer en un bloc unique et compact qui prend alors la forme du buste de Voltaire. Contact équivoque du contour des pieds des personnages et du compotier ébréché, contact que nousretrouvons dans une figure personnelle : le T (ci-dessous à droite). Mais que faire du ciel verdâtre ? Nous savons en effet que la superficie de ce dernier se poursuit derrière les trois personnages formant la tête, et bien au-delà encore. En ce cas et en ce détail, nous avons un contact équivoque de surfaces qui peuvent tout aussi bien se coller l'une à l'autre pour signifier un crâne que s'échelonner...
tracking img