Sam colle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1396 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Depuis la nuit des temps, l’être humain est activement à la recherche de moyens pour atteindre le bonheur. En effet, tous et chacun sont concernés par cette quête. C’est pourquoi il est primordial d’accorder une importance quant au moyen d’arriver à cette plénitude. Ainsi, il est nécessaire de se poser cette question : «Est-ce que la science et les arts amènent les bonnes mœurs ? ». Je débuteraidonc en divulguant le point de vue favorable de Bacon et l’opinion divergente de ses successeurs à ce sujet. Finalement, je prendrai position à la lumière d’une comparaison entre chacune des philosophies présentées.

En ce début du 17ième siècle, on assiste à une renaissance radicale de la manière de voir le rapport des hommes avec la nature. Ainsi, Bacon subit inévitablement cette influencemajeure et ce dernier arrive avec un texte mettant en contexte une île paradisiaque, mais étrange nommée La Nouvelle Atlantide. À la lumière de ce texte, nous apprenons que La maison de Salomon, principal acteur pour le bien-être de l’île, se base sur la science et les arts pour améliorer la vie des habitants et ainsi pour rendre la vie utopique. Avant toute chose, il faut comprendre que la scienceet les arts sont entendus ici comme les inventions concrètes de l’homme qui lui permettre d’être maître de la nature au lieu de seulement la contempler comme le faisait Aristote. À ce sujet, Bacon a dit : « Or le vrai et légitime but des sciences est d’enrichir la vie humaine de découvertes et de forces nouvelles. » Ce progrès est ce qui motive la plupart des scientifiques de cette époque, maisBacon voit plus loin encore. En effet, il souhaite que ces avancées matérielles deviennent éventuellement un tremplin vers un monde meilleur moralement. C’est principalement le lien qu’il crée dans son utopie. En fait, la technique, dans le contexte de Francis Bacon, amène la prospérité et la santé à l’île, ce qui fait que les conditions de vie et les mœurs sont irréprochables. Alors, si l’onglobalise la pensée de ce philosophe, il dira qu’il faut mettre tous nos efforts dans le domaine scientifique et qu’il s’en suivra une harmonie, un bien-être et une satisfaction totale chez chaque être humain. Toutefois, cette opinion a été ultérieurement critiquée par Rousseau et tous ceux qui étaient en désaccord.

En effet, Rousseau, en l’an 1750, fut récompensé pour son traité portant sur laquestion suivante : si le rétablissement des sciences et des arts a contribué à épurer les mœurs. Dans celui-ci, il fait la distinction suivante : la technologie, bien qu’elle soit essentielle, n’amène pas nécessairement les bonnes mœurs. En fait, il va même jusqu’à affirmer que « la perte irréparable du temps est le premier des préjudices que [la science] cause nécessairement à la société.» C’est doncdire qu’à son avis, il ne sert à rien de mettre tous les efforts dans la science, car celle-ci ne procure aucun bien moral à l’être humain. À ce sujet, Rousseau dit que « l’esprit a ses besoins, ainsi que le corps. Ceux-ci sont les fondements de la société, les autres en sont l’agrément.» En fait, cette phrase divulgue deux réalités : les biens de l’esprit sont à la base de la cité et sont donc,très importants et les biens du corps sont superficiels. Étant donné que la science n’amène que ces derniers, Rousseau juge qu’il serait inutile de concentrer nos efforts dans l’assouvissement de ceux-ci. De plus, les désirs matériels (souvent les plus importants chez l’humain de par sa nature) sont ironiquement illimités, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent être assouvis complètement. Ce faisant, leshumains en demanderont toujours plus et cette avidité risque très fortement de causer le luxe, un vice peu apprécié. Selon Rousseau, il serait insensé de viser une utopie scientifique, car il croit que ce n’est pas l’endroit où est cachée la clé du bonheur, ou en d’autres mots, le remède pour le bien-être de l’esprit.
En ce qui me concerne, mes quelques années d’existence ne me permettent pas...
tracking img