Sanit paul

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2964 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans un épître qu’il adresse à des communautés romaines, celui que les chrétiens nommeront Saint Paul présente un argument en faveur d’une soumission complète à l’autorité.

Puisqu' Adolf Eichmann se disait « Gottgläubiger » (voir H. Arendt, Eichmann à Jérusalem, p. 83), il ne pouvait avoir recours à cet argument pour justifier son obéissance aux ordres d’Adolf Hitler.

1) Expliquezl’argument de Saint Paul en faveur de la soumission à l’autorité;

(2) expliquez pourquoi Eichmann ne pouvait compter sur cet argument;

ufbau a pu en publier quelques courts extraits). D'après ses convictions religieuses, qui n'avaient pa~ changé depuis la période nazie (à Jérusalem EIc~m~n!l s'était déclaré Gottgliiubiger, terme naZI ~e,sI- gnant ceux qui avaient rompu avec le chr,IstIa- nisme etil refusa de prêter serment sur la BIble), un tel 'événement pouvait être attribué à «un très haut Messager porteur de Signification », entité apparemment identiqu~ à ce «,mouvemen~ de l'univers» dont la VIe humame, elle-meme dépourvue de «significati0!l très h~ute », est .tri- butaire. (Cette terminologIe est tres suggestIve. Donner à Dieu le nom de Hoheren Sinnestriiger signifiait d'un point devue linguistique, lui attri-
buer un~ place dans la hiérarchie militaire. En effet les nazis avaient changé le Befehlsempfiin- ger, le «receveur d'ordres» dans le vocabulaire militaire, en Befehlstriiger, «porteur d'or~~e,s», désignant par là le fardeau de la responsabilIte e~ le poids qui pesaient littéralement sur ?eux qUI exécutaient les ordres, comme autrefOIS sur le «porteur de mauvaisesnouvelles ». En outre, comme tous ceux qui étaient liés à la Solution finale , Eichmann était aussi officiellement un
,
«porteur de secrets », un Geh,eimnistriiger, ?e qUI n'était certainement pas néglIgeable du pomt de vue de l'importance qu'il s'attribuait à lui-même.) Mais Eichmann, qui n'était pas très intéres~é par la métaphysique, passait bizarr~meJ?t sou~ sIlence l'éventualité de rapportsplus etrOIts umssant le «Forteur d~ Signi~ica~ion» et le «porteUÏ''' d ordres»

Dans quel sens se croyait-il donc coupable? Au cours du long contre-interrogatoire, selon lui «le plus long qu'on ait jamais connu», ni la défense, ni l'accusation, ni même aucun des trois juges ne prirent jamais la peine de lui poser cette question évidente. Son avocat, Robert Servatius

répondit à la qu~stIOn dansune mterview accordée à la presse: «EIchmann se sent coupable devant Dieu et non deva.nt la loi»

Apparemment la defeJ?-seeût préféré qu'il plaidât non coupable, au I?0tlf que, ~ans le c.adre d~ sy~tème juridique naZI alors en vIgueur, Il n'aVait nen fait de mal· qu'on l'accusait non de crimes mais «d'actes d'É~ t~t» sur le~quels aucun autre État n'avait juridic- t1o~ (p~r zn parem~mp~riu'?'l nonhabet); qu'il avaIt ete de son devolf d obéIr et que - selon les termes employés par Servatius - il avait commis ges act~s «pour lesquels vous êtes décoré si vous et~s vamqueur e! envoyé al'échafaud si vous êtes vamcu »

il était persuadé qu:~u plus ~rofo~d de lui-même il n'était pas ce
qu Il appelait un mnerer Schweinehund, un véri- table salaud; quant à sa conscience il se souve- naitparfaitement qu'il n'aurait ~u mauvaise conscIence que s'il n'avait pas exécuté lesordres

(3) résumez les explications psychologiques, sociales, morales et juridiques que donne Hannah Arendt pour comprendre l’obéissance aveugle d’Eichmann aux ordres d’Adolf Hitler;

mann tenta à plusieurs reprises d'expliquer ~ue danslenl"Reich«lesparolesduFühreraVaient force de loi»
Une telle SItuatIOn etaItcertes bien étrange, et on a écrit l.à-de.ss~s.des biblioth~q~es entières de commentaires JundIques «autonses» qui démontrent tous que les paroles du Führer, ses déclarations orales, étaient la loi fondamen- tale du pays

Dans ce cadre «légal », tout ordre contraire, dans l'esprit ou dans la lettre, à une parole prononcée par Hitler était, par définition, illégal. La position d'Eichmann...
tracking img