Sartre - a propos de l'existentialisme ; mise au point

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1425 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de texte : J.P SARTRE – « A propos de l’existentialisme : mise au point »
C’est en tant que pionnier de l’existentialisme français, et toujours en fervent défenseur de la liberté que J.P Sartre expose dans cet extrait sa thèse quant à ces deux caractérisations ontologiques qui sont l’existence et l’essence.
Sommes-nous soumis à des normes extérieures ou pouvons-nous nous inventerlibrement en nous engageant dans des actions concrètes, des choix qui font de nous des êtres libres et responsables ?
C’est en réponse à cette problématique que Sartre développe cette thèse humaniste selon laquelle l’homme est un être agissant qui se doit de se déterminer non pas par un destin transcendant mais par ses choix, ses actes et ce même si cela engendre le doute, la peine.
Nousexistons d’abord en tant qu’hommes, puis nous élaborons notre essence au fil de nos actes, pour devenir individus uniques et libres. En ce sens, selon Sartre, « l’existence précède l’essence ».
Cette thèse se découpe en trois étapes argumentatives qui sont les suivantes :
De « En termes philosophique » à  « l’essence de cornichon » (ligne 1 à 8), étape dans laquelle il caractérise de manièreontologique et fondamentale le concept d’objet et affirme de façon rapportée la hiérarchie des termes « existence » et « essence ».
Dans un second temps, de « Cette idée » à « précède l’essence » (ligne 8 à 20), Sartre énonce les différentes logiques adoptées quant à cette hiérarchie, l’une, religieuse, selon laquelle l’essence précèderait l’existence, l’essence étant Dieu, nous menant à n’exister quepar lui.
Une autre, athée et traditionnelle, aussi selon laquelle l’essence est première, mais serait commune à tous, la « nature humaine et une dernière, existentialiste, qui prône que chez l’homme l’essence succède à l’existence ».
Dans un troisième temps, de « Cela signifie » à « ce qu’il s’est fait » (ligne 21 à 41), Sartre oppose ces deux théories à celle de l’existentialisme à laquelle iladhère, et explique alors que l’essence suit l’existence, au sens où l’homme, seul et libre, construit sa propre essence par ses choix et actes.

ETAPES DE L’ARGUMENTATION

De « En termes philosophique » à  « l’essence de cornichon » (ligne 1 à 8)

Sartre pose en premier lieu les fondements de sa thèse, à savoir ce qui définit son sujet, en l’occurrence l’objet. Dès la premièrephrase Sartre plonge son lecteur dans ce qui fait le cœur de sa pensée : l’essence et l’existence. Deux « termes philosophiques » (ligne 1) qui composent une caractérisation ontologique fondamentale du concept d’objet. Caractéristiques primordiales dans l’argumentation de sa théorie quand on sait que l’essence est « un ensemble constant de propriétés » (ligne 2) et l’existence « une certaine présenceeffective dans le monde » (ligne 3).
A partir de cette caractérisation de l’objet, Sartre propose une affirmation rapportée quant à la hiérarchie de l’essence et l’existence. Il semble important d’insister sur le terme « croient » dans la phrase « Beaucoup de personnes croient que l’essence vient d’abord et l’existence ensuite » (ligne 4). Pourquoi ? Car dans le domaine philosophique, le terme« croire » n’est pas de bon augure et se rattache souvent à une idée infondée, illogique, religieuse (N’oublions pas que Sartre et athée et qu’il discrédite la croyance). Cette phrase annonce donc d’emblée une critique de cette hiérarchie.
Hiérarchie qu’il illustre ensuite par le cornichon et le petit pois. Images peu conventionnelles, mais qui reflètent clairement la croyance de « beaucoup depersonnes », comme si il y avait une « idée de petits pois » ou une « essence de cornichon » (ligne 7) avant une quelconque existence de ces deux légumes. En effet, il parait ainsi peu croyable que flotte autour de nous l’essence des légumes et qu’elle se condense, se tasse pour les faire exister. (Peut-être est-ce même sur une idée moqueuse que Sartre choisis le légume comme illustration de la...
tracking img