Satan et le mal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (592 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
| SATAN, LE  « PRINCE DES TENEBRES »
OU LE PRINCIPE DU MAL…Faut-il encore croire au Diable ? Le développement de la médecine et de la psychanalyse nous a appris à considérer le dément comme unmalade et non pas comme un possédé. « Hystérie », « psychose », « phobie », le vocabulaire clinique fait l’économie du « Diable ». Pour Freud, ce personnage mythique n’est que l’incarnation des pulsionsanales refoulées. Ce processus de démythification est corrélatif au déclin du sens du péché. Même les associations de croyants renoncent aujourd’hui à ces paradigmes. La théologie chrétienne (sousl’effet de l’exégèse protestante) invite à ne plus prendre « à la lettre » les images bibliques, il s’agit, de saisir derrière ces symboles archaïques des significations existentielles. |   |
 Si Satan nedoit plus être invoqué pour rendre compte de l’existence du mal dans le monde, alors d’où vient le mal ?
Dans la lettre de la Bible, Satan n’intervient que dans trois livres de l’Ancien Testament :(Zacharie, Job, Les Chroniques). Il est d’abord Lucifer, l’ange de la lumière (lux), le plus beau des anges, celui qui « inexplicablement » se révolte contre Dieu. C’est en cela qu’il est un paradigmeintéressant. Comment penser qu’un être qui vivrait dans une totale béatitude et dans le tutoiement de la suprême perfection puisse désirer se détourner de Dieu ?
Différentes interprétations sontscéniquement pensables.
La première est psychologique : La jalousie.
Satan, créature de Dieu, envierait la puissance du créateur, il voudrait, comme lui, faire des créatures à son image. A cet appétitde puissance viendrait s’ajouter le dépit presque amoureux : le déplaisir de sentir l’amour de Dieu pour Adam. Finalement, derrière l’explication psychologique, on peut dire que le principe du mal nerésiderait que dans la finitude. La créature (angélique ou humaine) ne peut tolérer sans déplaisir ni appétit de vengeance, l’existence d’un autre qu’elle pressent comme concurrent (une manière...
tracking img