Scène d'exposition de dom juan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1284 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Acte I, sc�ne 1 de Dom Juan

I - Une sc�ne d'exposition
Une sc�ne d'exposition pr�sente les personnages importants (pr�sents ou absents de la sc�ne), l'action (la situation au commencement de la pi�ce), annonce la suite, le cadre de la pi�ce (d�cor _ o� se passe la pi�ce�? quand�?), le genre. Il y a absence de narrateur au th��tre. Il va falloir informer le public en rendant la sc�nenaturelle, et inciter le spectateur � comprendre la suite.
Double �nonciation�: fait qu'un �nonc� s'adresse � la fois � un personnage sur sc�ne et implicitement au public.
L'�nonc� peut changer en fonction de l'�nonciation (Qui parle � qui�?).
In medias res�: discussion en cours -> rend la sc�ne plus naturelle.
Le personnage de Sganarelle fait le portrait de son ma�tre, Dom Juan�: �pouseur de femmes,qui vient de quitter Don Elvire, sa derni�re femme.
L.14�: pr�sentation des personnages�: ��cher Gusman�� et ��Don Elvire, ta ma�tresse��.
Sganarelle s'implique de l'action de son ma�tre et se met sur le m�me plan que lui�: ��notre d�part��, ��nous�� -> complicit�entre Sganarelle et Dom Juan?
Les deux valets d�fendent chacun les int�r�ts de leurs ma�tres�: ��nous��. Il s'agit d'un parall�lisme.Marque de familiarit�, d'�galit� entre les deux personnages pr�sents sur sc�ne�: ��tu��.
Gusman�: �cuyer de Don Elvire, domestique d'un rang sup�rieur dans une maison noble.
Ce sont deux valets qui parlent de leurs ma�tres respectifs�:
Ma�tres
Dom Juan
Don Elvire
valets
Sganarelle
Gusman
Sganarelle fait une digression (une parenth�se) sur le tabac. L'int�r�t de la digression estdouble�:
- il va permettre de r�sumer naturellement ce qu'il a dit dans son discours. Ainsi en une phrase, il dit tout ou presque de ce qui est le plus important pour le spectateur.
- le tabac, sens du XVIIe si�cle, la religion d�conseillait fortement l'usage du tabac. Ceux qui utilisaient le tabac �taient des libertins.
Faire l'�loge du tabac, c'�tait comme faire l'�loge du libertinage.
->Provocation de Moli�re aux d�vots.
Dans la tirade de Gusman, on apprend que Dom Juan a enlev� Don Elvire d'un couvent pour l'�pouser.
La sc�ne d'exposition a une double fonction�:
- informative
* sur l'action pass�e, l'action imm�diate�: il l'a quitt� et l'action future�: annonce de la mal�diction dont sera victime Dom Juan comme dans une trag�die�o� on annonce la fatalit� dont va �tre victime unpersonnage.
* sur les personnages�: les valets (leurs relations) et les ma�tres (nous/tu).
* sur le genre�: com�die/comique
- incitative
L'�cuyer vient aux nouvelles et Sganarelle lui dit ce qu'il en pense.
Quand on a des valets cela peut �tre une com�die ou une farce. Plus son r�le est important, plus on tire vers la farce.
Il n'y a pas de monologue.

II - Qui est Sganarelle�?
a) un valetde com�die
Origine�: Arlequin (personnage st�r�otyp� de la Comedia dell'Arte) qui assure le comique (comique de gestes�: plus il en fait, plus c'est dr�le�; il fait des lazzis�: fait rire le parterre), quelqu'un qui fait des gestes, qui est tr�s agile.
- Le comique appara�t dans les gestes�: tabati�re.
- Sganarelle est l�che�: il est pr�t � mentir pour �viter que Dom Juan le sache.
Comme toutvalet de l'�poque, il est soumis�(cela renvoie � la condition sociale du valet�: la peur), il marche � la carotte et au b�ton�:
��La peur en moi fait l'office de z�le�� -> preuve de sa l�chet�, c'est un poltron.
On compte 27 sc�nes en tout dans Dom Juan dont 26 avec Sganarelle, 25 avec Dom Juan et Sganarelle. Ce qui veut dire que c'est la seule sc�ne o� l'on a Sganarelle sans Dom Juan.
-comique de langage
Il utilise beaucoup la maxime�: pr�sent de v�rit� g�n�ral, alexandrin perdu dans la prose (vers blanc).
Dans le fond, c'est une imb�cillit�.
-> langage burlesque (appuy�, �tonnant, d�calage).
- beaucoup d'hyperboles (accumulation)�: ��le plus grand sc�l�rat��, ��un chien, un chat��.
- il fait un amalgame de chose�: c'est un inculte, il m�lange tout et ne classe pas.
Il...