Scdsxc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 560 (139833 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
MEG CABOT

I n s a t i a b

Hachette Jeunesse Black Moon

« Vous en avez assez des vampires ? Meena Harper aussi. »

CHAPITRE UN
9 h 15, heure de la côte Est, mardi 13 avril Quai du métro, ligne n° 6, direction Sud Station 77e Rue Est Lexington Avenue / New York

Un miracle ! S’engouffrant dans la rame de métro, Meena s’agrippa à l’une des barres en acier étincelant, n’osant croire àsa chance. C’était l’heure de pointe du matin, et elle était en retard. Elle s’était attendue à devoir se faufiler dans un wagon bondé d’une centaine d’autres voyageurs qui, eux aussi, seraient à la bourre. Or, encore haletante d’avoir couru jusqu’à la station, elle venait de sauter dans une voiture presque vide. Une fois n’est pas coutume, la journée allait peut-être enfin se dérouler selon sesvœux. Évitant de scruter les environs, Meena se concentra sur la publicité qui, collée au-dessus de sa tête, lui promettait un teint de pêche si elle se dépêchait de

contacter un certain Dr Zizmor. « Ne regarde pas, se répéta-t-elle. Fais ce que tu veux, mais ne regarde pas, ne regarde pas, ne regarde pas… » Avec un peu de veine, elle atteindrait sa destination, la station de la 51e Rue, sansavoir croisé les yeux de personne ni avoir communiqué d’une façon ou d’une autre avec l’un de ses semblables. Ce furent les papillons, grandeur nature, qui, les premiers, attirèrent son attention. Aucune New-Yorkaise n’aurait osé porter des escarpins blancs ornés de monstrueux insectes en plastique. Le roman à l’eau de rose (Meena le déduisit à la couverture qui représentait une jeunesse auxallures de biche effarouchée) que leur propriétaire lisait était rédigé en cyrillique. L’énorme valise à roulettes plantée devant elle apportait une preuve supplémentaire que la jeune fille n’était pas du coin. Toutefois, rien de tout cela – non plus que sa coiffure consistant en deux longues tresses blondes rassemblées au sommet de son crâne, style La Mélodie du bonheur, ou sa robe bon marché enpolyester jaune assortie à des collants mauves – ne la trahit plus comme étrangère à la Grosse Pomme que ce qu’elle fit ensuite. — Oh ! Je suis désolée, dit-elle en levant les yeux sur Meena et en lui adressant un sourire qui la transforma de jolie en presque belle. S’il vous plaît, voulez vous vous asseoir ? Elle écarta son sac à main, qu’elle avait posé à côté

d’elle, de façon à ce que Meenapuisse s’installer près d’elle. Jamais un autochtone n’aurait agi ainsi. Pas quand il y avait une dizaine de sièges libres ailleurs dans le wagon. Meena sentit son cœur peser comme une pierre dans sa poitrine. Elle avait en effet désormais deux certitudes. La première, c’est que, malgré le miracle du métro quasi désert, sa journée ne se déroulerait pas selon ses vœux. La seconde, c’est que la jeunefille aux papillons en plastique sur ses chaussures mourrait avant la fin de la semaine.

CHAPITRE DEUX
9 h 30, heure de la côte Est, mardi 13 avril Métro, ligne n° 6 New York

Meena espéra qu’elle se trompait quant au destin de Melle Papillon. Malheureusement, elle ne se trompait jamais. Du moins, pas quand la mort était concernée. Cédant à l’inévitable, elle lâcha la barre en acierétincelant pour se glisser sur le siège offert par la jeune fille. — Votre premier séjour ici ? s’enquit-elle (en dépit de ses certitudes) auprès de Melle Papillon. Sans se départir de son sourire, l’autre pencha la tête sur le côté. — Oui ! s’exclama-t-elle avec enthousiasme. New York City ! En plus, elle ne parlait quasiment pas anglais. Génial ! Ayant sorti un téléphone portable, Melle Papillon fitdéfiler des photos sur l’écran. S’arrêtant sur l’une d’elles,

elle la brandit sous le nez de Meena. — Voir ? dit-elle fièrement. Petit ami. Mon petit ami américain. Gerald. Meena étudia le cliché de mauvaise qualité. « Nom d’un chien ! » songea-t-elle avant de se demander pourquoi. Pourquoi aujourd’hui ? Elle n’avait pas le temps de s’occuper de ça. Elle se rendait à une réunion importante. Elle...
tracking img