Schachnovelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1141 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mathieu Mach, Yann Menge et Damien Pfortner                                          Histoire, M Duc

 Qu’est-ce que le socialisme ?

 Le socialisme : On peut concevoir deux manières très différentes l'étudier du socialisme. On peut y voir une doctrine scientifique sur la nature et l'évolution des sociétés en général et, plus spécialement, des sociétés contemporaines les pluscivilisées On le considère dans l'abstrait, en dehors du devenir historique, comme un système de propositions qui expriment ou sont censées exprimer des faits, et on se demande ce qu'il a de vrai et de faux, s'il est conforme ou non à la réalité sociale, dans quelle mesure il est d'accord avec lui-même et avec les choses. Sans diminuer pour autant l'importance et l'intérêt du socialisme, nous nesaurions lui reconnaître un caractère proprement scientifique. Or, tout au rebours, le socialisme est tout entier orienté vers le futur. C'est avant tout un plan de reconstruction des sociétés actuelles, un programme d'une vie collective qui n'existe pas encore ou qui n'existe pas telle qu'elle est rêvée, et qu'on propose aux hommes comme digne de leurs préférences. C'est un idéal. Il s'occupebeaucoup moins de ce qui est ou a été que de ce qui doit être. Le socialisme est aussi la passion qui a été l'inspiratrice de tous ces systèmes (les systèmes socialiste) ; ce qui leur a donné naissance et ce qui a fait leur force, on peut le concevoir comme la soif d'une justice plus parfaite, c'est la pitié pour la misère des classes laborieuses, c'est un vague sentiment du trouble qui travaille lessociétés contemporaines, etc. Comme personnages importants dans le socialisme on peut citer Karl Marx et Friedrich Engels ( qui étaient la à la naissance du socialisme) ou encore Saint-Simon qui était un penseur idéologue.

 Les causes : Il y a plusieurs causes de cet émiettement:

Le développement des libertés politiques au début de la 3 République est favorable a l’expansion des groupes etdes doctrines, alors qu’un autre régime répressif, celui de l’Allemagne par exemple, incite au regroupement et a la discipline. Le poids de l’Histoire, c’est a dire le contexte qui a fait que les idées se sont facilement imprimées dans les esprits des ouvriers, on définissait la France comme terre des révolutions (soulèvement et mécontentement du peuple connu en France et en Europe). L’économiedes pays européens (qui sont en retards sur l’Angleterre) n’est pas bien structurée, elle est éparpillée et très diversifiée. Le monde ouvrier est fort hétérogène et la prise de conscience de classe inégale, elle varie selon l’importance de et la nature de l’entreprise.

 Les 3 chapelles du socialisme:

Les anarchistes ne constituent qu’un agrégat informel de groupes et d’individus car ils sonthostiles à toute espèce d’organisation ou de structure. Les guesdistes du Parti ouvrier est le premier parti de type moderne. La troisième chapelle sont les Blanquistes du Comité révolutionnaire central. Ces trois types de chapelles sont surtout connues en France.

Les différents socialismes:

Il y a leSocialisme utopique qui désigne les doctrines des premiers socialistes européens du début du xixe siècle (qui ont précédé Marx et Engels) tels Robert Owen en Grande-Bretagne, Saint-Simon, Charles Fourier, Étienne Cabet et Philippe Buchez en France. Ce courant est influencé par l'humanisme et souvent le christianisme social. Il s'inscrit à l'origine dans une perspective de progrès et de foi dans l'Hommeet la technique. Il connaît son apogée avant 1870, avant d'être éclipsé, au sein du mouvement socialiste, par le succès du marxisme. La notion de Socialisme utopique a été conçue par Friedrich Engels et reprise par les marxistes (qui l'opposent à la notion de socialisme scientifique); le qualificatif d'utopique, accolé au Socialisme, est donc né d'une intention polémique avant d'être ensuite...
tracking img