Science du comportement: victor de l'aveyron ou l'enfant sauvage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2358 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A la fin du 18ième siècle, un jeune garçon de onze ans fut découvert seul dans la forêt par des chasseurs près du Cantons de St Sernin. Ce garçon, assez peu humain de part son comportement, avait vécu comme un animal dans les bois. Sa gorge n’émettait que des cris rauques, il cherchait à fuir et n’avait aucunes notions d’hygiène. C’était une « sorte » de petit animal farouche n’ayant aucuneconnaissance réflexive de soi, et de langage articulé. Placé en hospice, Victor de l’Aveyron dît l’enfant «  sauvage » interroge et suscite des curiosités. Ainsi celui-ci devint malgré lui, un sujet d’observation. En effet la représentation de cet enfant « différent » met en avant plusieurs questionnements : la dualité nature /culture, innée acquis, la conception du « sauvage » et sous tend plusgénéralement la problématique de la différence entre l’homme et l’animal : QU’EST-CE QUI FAIT DE LA BETE HUMAINE UN HOMME ?
Pour tenter de répondre à ce questionnement je me suis appuyée sur les travaux du docteur Jean Itard et sur quelques notions issue de la philosophie. J’utiliserais donc la deuxième méthode proposée lors de mon enseignement en Science du comportement pour élaborer ce devoir.1. Distinction entre nature et culture.
Au préalable, il convient de faire une différence conceptuelle entre Nature et Culture.
Par définition, la Nature se distingue à travers trois concepts. Dans un premier temps, elle est d’abord ce qui est donnée à la naissance et cela se rattache à ce qui est de l’ordre de l’innée. Elle est ensuite ce qui constitue l’être en le rattachant à une espèce. Enfin ellesignifie l’ordre des choses puisqu’elle n’a pas été crée par l’homme.
La Culture, quant à elle, est avant tout un développement acquis de l’esprit par l’éducation. Socialement la Culture renvoie à la norme et à la morale.
Ainsi pourrions-nous affirmer qu’il existe d’un coté le règne mécanique de la nature et le « royaume » de la pensée humaine. Vient s’ajouter a cette dualité la notion de naturehumaine, celle de la raison. Néanmoins cette nature humaine n’est pas donnée, elle est jetée devant nous et il convient à l’homme de se construire, de s’éduquer. Il y a chez l’homme une dynamique, un inconnu qui fait que seul lui-même se créera une humanité que la nature ne lui a pas concéder dès la naissance.
1.1. « l’homme nait perfectible, l’animal nait parfait »
Au regard de ce qui a étédit précédemment, l’homme n’a pas de nature prédéfinie. Il se construit dans son rapport aux autres, c’est « un animal social ». Son intelligence, le langage, ces capacités de raisonnements induisent une stimulation, qui se fait de manière inconsciente dans le rapport à l’autre (la mère et son enfant). Il est question de transmission, d’héritage.
Chez les animaux, a contrario, nous pourrions parlerd’une sorte de déterminisme génétique. En effet, les éthologues notent des phénomènes d’apprentissages chez les animaux qui ont les systèmes nerveux les plus développés, et des phénomènes de suggestions chez les animaux inférieurs. Cependant, si un individu d’une espèce animale est séparé très tôt de ses congénères, celui-ci manifeste malgré tout les caractéristiques assez précises de son espèce.Il semble y avoir chez les animaux ce qu’on pourrait appeler un « un a priori de l’espèce » ou instinct. Dans ce sens les animaux partagent entre eux une hérédité et non un héritage. Voici l’une des différences qui découle de cette succincte analyse, le point mit en exergue semble être la nécessité chez l’homme de vivre avec ces semblables.
Donc dans le cas de l’homme, la présence ou l’absencedes autres à toujours un impact déterminant comme le prouve le cas de Victor de l’Aveyron.
1.2. Qu’est ce qu’on entend par enfant « sauvage » ?
Pour pouvoir définir ce qu’est un enfant « sauvage » il semble intéressant de dissocier les deux termes et de les analyser séparément.
En effet, au vue de l’histoire, la perception de l’enfant a évolué. Longtemps considéré comme un sujet incomplet...
tracking img