Science et metaphysique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 49 (12150 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Distinction science et métaphysique :
Leur différence réside essentiellement dans la manière d'arriver au résultat, de le prouver. C’est par le pouvoir de la seule raison que le philosophe/ métaphysicien prétend dire comment est le monde.
Alors que le scientifique, lui, a toujours recours à l'expérience. Ses preuves ne sont pas de style strictement logique ou mathématique, maisexpérimentales. Usage de la mesure, d'instruments.
 
B- La philosophie comme métaphysique : historique (Aristote)
Bilan des textes étudiés :
La métaphysique est un style de discours qui prétend dire comment est le monde véritablement, au-delà des apparences. Discours sur ce qui est au-delà du sensible; ou plus spécifiquement, discours sur l'âme, le monde, et Dieu. Système (discours prétendant englober latotalité de l'expérience)
 IntroductionProblème : le terme de "philosophie" est un terme ambigu, si bien qu'on l'emploie souvent sans trop savoir ce qu'il signifie exactement. On va donc essayer de clarifier les divers sens de ce terme, qui se ramènera à en faire l'historique.On peut dire qu'il y a trois emplois du terme de " philosophie ", et que ces trois emplois permettent de diviser lesphilosophes en trois groupes. Premier emploi et premier groupe : philosophie comme réflexion critique : Socrate | Deuxième : philosophie comme art de vivre : Socrate ; stoïciens, épicuriens, sceptiques grecs | Troisième : philosophie comme métaphysique (savoir absolu) : philosophes du 17ème (Descartes, Leibniz, Spinoza) ; pré-socratiques |
Nous cherchons ce qui peut bien être commun à ces types dediscours ou plus généralement d'activité. Ce qui présuppose, bien entendu, qu'il y a des ou un point commun à ceux-ci, sans quoi, nous n'aurions aucune raison de les appeler tous " philosophie ". Or, comme par hasard (!), la philosophie semble être essentiellement liée, comme nous allons le voir avec le personnage de Socrate, à ce présupposé. Il définirait même la philosophie, qui est liée àl'invention du concept/ définition.  I- LA NAISSANCE DE LA PHILOSOPHIE DANS LA GRECE ANTIQUE : LE DIALOGUE SOCRATIQUE.Ainsi, tournons-nous vers l'inauguration du discours philosophique, dans l'Athènes du Ve av. J.C. Celui avec qui nous allons parler, ou plutôt, dialoguer, c'est Socrate.A- Socrate ou l'invention du concept Historique rapide : Socrate est né en 470 av. JC et mort en 399 (condamné par sacité à boire la ciguë, sous prétexte qu'il porte atteinte aux fondements de la cité, qu'il est corrupteur de la jeunesse, etc.). Fils d'une sage-femme et d'un sculpteur de pierres. Particularité : il n'a rien écrit (ne pas oublier que la Grèce est avant tout une civilisation de la parole). Les interprètes ont coutume de parler à ce propos du "problème de Socrate" : Socrate, en effet, ne nous estconnu que par l'intermédiaire de ceux qui nous ont parlé de lui. Parmi eux, c'est avant tout à travers les écrits de Platon que nous connaissons Socrate, puisque Platon, surtout dans ses dialogues de jeunesse, s'est fait son porte-parole.1) Qu'est-ce que la beauté ? Platon, Hippias majeurContexte : Socrate dialogue avec Hippias. Ce dernier est en train de raconter à Socrate que récemment, il aemporté un grand succès concernant un discours concernant " les belles occupations auxquelles un jeune homme doit se livrer ". Socrate en profite pour le mettre à la question. Il raconte à Hippias que récemment, en discutant avec un ami, il avait blâmé des choses comme laides, et d'autres, comme belles. Or, quelqu'un lui a demandé : " Dis-moi, Socrate, d'où sais-tu quelles sont les choses belles etquelles sont les choses qui sont laides ? Voyons, peux-tu me dire ce qu'est le beau ? ". N'ayant pas réussi à répondre à cette question (car Socrate " ne sait rien " !), il va donc profiter d'être en compagnie d'un savant, Hippias, qui prétend savoir ce qu'est le beau. Il va revêtir le personnage de celui qui l'a mis dans l'embarras, et poser à Hippias les questions qu'il aurait posées à Socrate...
tracking img