Science vs religion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5473 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
2
SCOTT ATRAN, In Gods We Trust. The Evolutionary Landscape of Religion, Oxford, Oxford
University Press, 2002 (version française à paraître chez Odile Jacob).
PASCAL BOYER, Et l’homme créa les dieux. Comment expliquer les religions, Paris, Robert
Laffont, 2001.
Depuis que XIXe siècle annonça sa mort avec fracas, Dieu se porte mieux que jamais. Ni le
capitalisme (en 1990, on estimait queseul 0.7% de la population américaine était agnostique)1, ni
le communisme (à en juger par la vigueur contemporaine de l’Église orthodoxe) n’ont été en
mesure d’éteindre la flamme du religieux. Par certains aspects, Dieu peut même être considéré
comme l’un des principaux vainqueurs du champ de bataille idéologique du XXe siècle.
Les sciences humaines, une fois leur autonomie conquise, n’ont pasmanqué de s’intéresser à
cette permanence du religieux. Mais, à quelques exceptions près, les explications, qu’elles
soulignent l’importance du religieux dans la constitution de la société ou, inversement, dans
l’économie du psychisme individuel, n’ont pas fondamentalement ébranlées les hypothèses des
« pères fondateurs », qu’il s’agisse de Marx, Durkheim ou Freud. Les sciences cognitives sonten
passe de modifier cette situation. Le formidable développement de l’imagerie cérébrale, d’une
part, a récemment donné naissance à une sous-discipline, parfois nommée « neurothéologie », qui
vise à identifier les événements neuronaux associés à la phénoménologie du divin2. D’autre part,
les développements conjoints de la psychologie cognitive, de la psychologie du développement et
de lapsychologie évolutionniste encouragent aujourd’hui un nombre croissant de chercheurs à
développer une théorie cognitive de la religion. Les livres de Pascal Boyer et Scott Atran
s’inscrivent dans ce courant cognitiviste.
L’histoire n’a pas encore déterminé l’événement fondateur de cette nouvelle science du
religieux, mais la fin du XXe siècle a vu fleurir une série de conférences dont le butexplicite
1 The national survey of religious identification (NSRI), Graduate School of the City University of New York,
1990.
2 Sur la neurothéologie, on peut se référer à Michael A. Persinger, Neuropsychological bases of God beliefs, New
York, Praeger, 1987 ; Vilayanur S.Ramachandran & Sandra Blakeslee, Phantoms in the brain : Probing the
mysteries of the human mind, New York, William Morrow,1998 Andrew Newberg, Eugene d’Aquili & V. Rause,
Why God won’t go away. Brain science and the biology of belief, New York, Balantine Books, 2002.
3
était d’appliquer aux phénomènes religieux les méthodes des sciences cognitives3. Publiés à
quelques mois d’intervalle, les livres qui vont nous occuper ici se proposent de réunir les diverses
intuitions qui ont émergé à ce jour sur la nature desphénomènes religieux au sein d’une théorie.
Afin de comprendre la perspective dans laquelle ils s’inscrivent, nous allons dans un premier
temps brièvement décrire leur dette à l’égard de celui qui a posé les bases du paradigme
naturaliste dans les sciences sociales : Dan Sperber. Ce préambule nous permettra de mieux
comprendre ensuite la manière dont Boyer et Atran envisagent la religion.Enfin, une dernière
partie visera à montrer en quoi les théories proposées peuvent encore être affinées.
I.
Les sciences sociales n’échappent plus à la mondialisation. C’est du moins ce que semblent
indiquer les trajectoires académiques de Pascal Boyer et Scott Atran. Leur carrière oscille en
effet entre la France et les Etats-Unis, pays dans lequel ils occupent chacun une chaire
d’enseignement4.A côté de cette particularité géographique, le sens de leur démarche
anthropologique s’éclaire à la lumière des travaux de celui qu’ils ont beaucoup côtoyé, Dan
Sperber.
Sperber, de manière plus ou moins directe, est le « père fondateur » de l’approche cognitive de
la religion. Tout a commencé lorsque, jeune chercheur, il sapa les bases du structuralisme en
démontrant que la culture ne...
tracking img