Searev

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3558 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ÉNERGIE des VAGUES.

Alain Clément Ingénieur de Recherche au Laboratoire de Mécanique des Fluides (UMR6598) de l’École Centrale de Nantes Ingénieur (ECN-1975) puis Docteur-Ingénieur (1979) en Hydrodynamique Navale. HRD (1998). Responsable de l’équipe Modélisation en Hydrodynamique Navale au LMF.

Centrale Nantes dans la course à l’Or Bleu
« La masse énorme d’un vaisseau de ligne, qu’aucunepuissance connue ne serait capable de soulever obéit cependant au moindre mouvement de l’onde. Qu’on suppose un instant, par la pensée, ce vaisseau suspendu à l’extrémité d’un levier, et l’on concevra l’idée de la plus puissante machine qui ait jamais existé ». Ainsi s’exprimaient, en Juillet 1799, les sieurs Girard père

et fils dans le premier brevet mondial concernant la récupération del’énergie des vagues. Eh oui : encore une invention à mettre à l’actif du génie inventif français ! (les brevets n’existaient pas du temps d’Archimède et de Léonard de Vinci). Dans la période moderne, l’intérêt pour cette forme d’énergie renouvelable est né tout de suite après le choc pétrolier de 1976. Les scientifiques européens et dans une moindre mesure les japonais, se sont immédiatement mobilisés etont rapidement imaginé et évalué des solutions pour récupérer cette énergie propre et renouvelable. Ce sont les anglais qui ont été les plus enthousiastes au départ, étant en Europe les plus exposés, ainsi que les norvégiens; venaient ensuite les japonais, puis les suédois (pourtant relativement “pauvres” vis à vis de cette ressource naturelle) et les portugais. Vers le milieu des années 80, lesfinancements publics britanniques ayant été considérablement réduits sur ce sujet, ce sont les norvégiens et les japonais qui ont consacré le plus de recherche appliquée dans ce domaine. A l’heure actuelle, les britanniques sont repartis de plus belle, les portugais à leurs trousses ; d’autres pays extra-européens ont également des projets de prototypes de démonstration (Chine, Inde, Australie).Aux États Unis,

Le premier brevet est français

énergie des vagues : ressource moyenne annuelle en kW par mètre de front d’onde

quelques compagnies ont imaginé des solutions mais ne sont pas allés très loin, faute de subventions publiques et de marché local. En 2000, les danois ont lancé un vaste programme national d’évaluation scientifique de cette forme d’énergie renouvelable. Depuis ledébut des années 90, la Communauté Européenne a inclus l’énergie des vagues dans son programme d’évaluation et de démonstration des énergies nonnucléaires (programmes JOULE1 et JOULE 2 et 5èmePCRD). Des études amonts ont été financées (Atlas de la ressource, recherches sur les systèmes de 1ère génération,…). Deux projets de centrales pilotes de démonstration (Islay, Pico,..) ont été financés par laCE et sont arrivés au stade de la production en 2001. Un projet Hollandais (AWS) d'un module immergé produisant 2MW sera mis à l'eau au large du Portugal en 2003. Le Laboratoire de Mécanique des Fluides de l’École Centrale de Nantes a participé à ce projet en tant que contractant pour les calculs d'hydrodynamique. La génération suivante de ces systèmes sera constituée de modules de 5MW crêtepouvant être reliés pour former de véritables centrales de production immergée offshore atteignant des puissances de l’ordre de 100MW.

La ressource: La ressource naturelle est immense. On peut noter qu’elle est beaucoup plus dense que ses concurrentes comme l’énergie éolienne ou l’énergie solaire. Elle est bien connue en Europe où des mesures systématiques ont pu être effectuées. D’après une étudemenée par un comité d’experts indépendants pour le compte du Ministère britannique du Commerce et de l’Industrie, la moyenne annuelle de la puissance incidente sur l’ensembles des côtes Européennes est de l’ordre de 100 à 120GW; au Royaume Uni qui est le mieux exposé vis à vis de cette énergie, elle représente environ 4 fois la demande énergétique moyenne. La puissance moyenne annuelle par...
tracking img