Seconde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1103 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’extrait que l’on étudie est de Laurent GAUDE (écrivain contemporain), publié en 2002 issu du roman de la mort du roi Tsongor. Ce roman se passe en Afrique, dans le royaume de Massaba.

Au cours de ses nombreuses conquêtes le roi Tsongor arriva sur les Terre des rampants, au bord de la mer. Il ravagea tout le peuple, sauf un homme qui fut épargné, et qui le garda comme serviteurKatabalonga. Il promit de venger son peuple en tuant le roi. Les années de porteur du tabouret d’or ont passé, l’amitié s’est installer, et vingt ans plus tard lors du mariage de la seul fille du roi, Katabalonga voulu le tuer mais il n’eu pas le courage. Suite à sa mort, sa fille ne pu se marier, ce qui entraina une guerre.

Ce texte explique le titre, « la mort du roi Tsongor ». Dans le roman il y aurala mort du roi mais en tout premier, ensuite la fin du livre on ne la connaît pas et on ne la devine pas. Dans un premier temps nous allons nous intéresser à la violence de cet extrait, et nous verrons aussi les différents sentiments employés.

Nous allons nous intéresser à la violence de cet extrait.
Tout d’abord, le narrateur décrit une scène de violence. Il utilise le champ lexical del’agressivité comme « les cendrés se ruèrent » (l.1) ; « ils éventrèrent les tenants » (l.3) ; « et écrasèrent les gardes » (l.4) ; « les nomades pénétrèrent dans Massaba » (l.6) ; « qu’ils tuaient tout sur leur passage » (l.9) ; « la rage illuminait son visage » (l.12) ; « rua sur l’ennemi » (l.18) ; « il perça des ventres, sectionna des membres. Il transperça des torses et défigura des hommes »(l.18 à 20) ; « l’ardeur qui l’animé» (l.21) ; « Il frappait sans cesse. Eventrant les lignes ennemies de toute sa fureur » (l.22 à 23) ; « tombaient à la renverse sous la force de ses charges » (l.24) ; « il pouvait lui fendre le crâne » (l.26) ; « écrasa le visage de Liboko » (l.35). Il utilise la brutalité en insistant sur les verbes violents qui sont mis en valeur pour décrire une bataillesauvages. Toutefois, le vocabulaire employé pour cette guerre, est très féroce, on pourrait comparer les personnages à des animaux, ils n’ont aucune pitié. Leurs combat est sans fin. Ils n’éprouvent aucun sentiment si ce n’est que celui de tuer. Ce sont des barbares en quête de trésor, celui d’arracher la vie d’un homme.

Ensuite, le personnage insiste sur le temps et sur les personnes quipénètrent dans Massaba. Pour cela, il utilise une anaphore comme « Pour la seconde fois, les nomades » (l.5) ; « et pour la seconde fois la panique gagna les rues » (l.6 à 7). Il utilise une répétition de mot pour rythmer la phrase, il a utilisé l’anaphore pour souligner un mot, une obsession.

Et pour finir, le narrateur décrit la furie des guerriers, il utilise des figures de styles comme lamétaphore et la comparaison. Comme « son visage était un cratère de chair » (l.40) ; « Libiko, comme un démon » (l.18). Il utilise ces types de phrases pour décrire, la sauvagerie des hommes. Pour la métaphore que le narrateur emploie, il définit le visage d’une personne, un visage monstrueux qui n’a plus de forme. Il intensifie la brutalité des soldats. Pour ce qui est de la comparaison, il compare unchef de troupe à un démon, pour prouver que son armée n’est pas agréable et qu’il faut s’en méfier.

Nous allons analyser les différents sentiments des guerriers.

Tout d’abord, le narrateur décrit les remords de Sango Kerim. Il a utilisé le champ lexical du regret comme « qui pendant si longtemps, avais été son ami » (l.35) ; « il ne pouvait se résoudre à frapper » (l.36) ; « abattu,s’effondra à genoux « (l.38) ; « enleva son casque et prit dans ses bras le corps de celui qui n’avait pas voulu le tuer » (l.39 à 40). Il utilise le remord en insistant sur la tristesse qui est mis en valeur pour décrire cette scène d’horreur. Toutefois, il a comme une part de gaieté qui vient se joindre au texte, quand il lui a souri, il y avait comme un moment de joie dans ce triste et...
tracking img