Selon esope, "la langue est la meilleure et la pire des choses" on peut formuler la même remarque à propos de l'ennui tel que pascal le présente dans les pensées. justifiez.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (764 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans les Pensées de Pascal, l’Ennui est un des titres donné à une des liasses. C’est le quatrième sujet abordé, après « Misère » et avant « Raisons des effets ». Le titre dans son entièreté est lesuivant « Ennui et qualités essentielles à l’homme ». On peut d’ailleurs penser, en apparence, que le thème est un peu négligé dans la liasse qui lui est pourtant réservée mais il est de toute façontrès présent ailleurs, notamment dans la partie Divertissement, ce qui n’a rien d’anodin.

Pour Pascal l’ennui est la manifestation de la misère de la condition humaine. Et cette théorie peut-êtrerésumée en une seule pensée : « Rien n’est si insupportable à l’homme que d’être dans un plein repos, sans passions, sans affaire, sans divertissement, sans application. Il sent alors son néant, son abandon,son insuffisance, sa dépendance, son impuissance, son vide. Incontinent il sortira du fond de son âme l’ennui, la noirceur, la tristesse, le chagrin, le dépit, le désespoir. ».

L’homme ne cessede s’agiter et de courir, de vivre ce tourbillon quotidien remplissant sa vie qui, elle, est toute tournée vers l’extérieur. Il lui est alors impossible de rester chez lui avec plaisir. Pourtant auplus profond de lui-même, l’homme souhaite le repos. L’homme court en voulant le repos, la fin de la lutte, de la guerre. Cependant, il ne l’atteint jamais. Donc l’homme aspire au repos mais ne peuts’y tenir. Il a besoin de remplir son vide. Tout peut y servir, tout y pourvoit. L’homme se repose dans l’agitation pour éviter le repos comme expérience de l’abîme. Au moindre arrêt de son dynamismeaveugle, l’homme ressent son néant, son abandon, son insuffisance, sa dépendance et surtout, son impuissance. Il cherche à éviter par tous les moyens de penser à lui-même et par lui-même et trouve safuite dans le divertissement. L’auteur en est donc venu à un constat et en a tiré une thèse : toute l’existence de l’homme est divertissement, détour de soi comme l’illustre bien la pensée suivante...
tracking img