Semestre 4

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1332 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introuvable depuis de longue date, Abondamment cité par les historiens du Maroc depuis sa parution en 1904, «Le Maroc d'aujourd'hui» d'Eugène Aubin est enfin à la portée du lecteur marocain sous le titre «Le Maroc dans la tourmente» grâce aux éditions Edd

Ils étaient nombreux, les visiteurs du Maroc au cours du 19e siècle et au tout début du 20 e siècle, à vouloir démêler les écheveaux de lasociété marocaine de l'époque et de son système politique. L'époque était à la conquête coloniale et la concurrence entre les puissances européennes très âpre ; notamment entre l'Angleterre et la France, cette dernière devenue subitement «pays limitrophe» du Maroc par la grâce de sa possession de l'Algérie depuis 1830.
Diplomates, missions militaires, commerçants, missionnaires et espions se sontattelés à la tâche sans qu'ils réussissent à percer au-delà des villes côtières, le pays restant hostile et jalousement fermé à la curiosité étrangère. Certes, il y a eu la mission de reconnaissance de Charles Foucault en 1883 qui permit de donner une idée des complexités des réalités marocaines, mais on ne comprenait pas encore les mécanismes d'un Etat dont la souveraineté s'étalait sur deuxzones apparemment dissemblables , beld el makhzen et bled siba constatées par le voyageur.
Du reste, il n'y avait pas de cartes géographiques précises du territoire. 15 ans après le périple de Foucault, le docteur Frédiric Weisgerber ne put établir une carte détaillée de la Chaouiya qu'à la faveur d'une mission médicale expresse auprès du grand vizir, tombé gravement malade alors qu'il se trouvaitdans la région. Weisgerber parlera dans ses souvenirs de «voyage en terre inconnue».
Né en 1863, Eugène Aubin fut le premier à pouvoir franchir les frontières foulées jusque-là par les étrangers. Il séjourna pendant six mois à Fès après un long périple qui le conduisit de Tanger à Agadir, puis au retour de Mogador à Marrakech en passant par Safi et Mogador et leurs arrière pays respectifs.Diplomate de son état, grand voyageur qui occupa de nombreux postes à travers le monde notamment en Turquie, en Egypte, dans des pays asiatiques, en Amérique Latine et dans les Balkans, Eugène Aubin fut désigné en 1902 comme premier secrétaire de la légation française de Tanger, poste qu'il occupa pendant deux années et qu'il mit à profit pour collecter des informations sûres et précises sur «lesmécanismes de la vie marocaine et du gouvernement marocain», recueillis auprès de témoins directs et parfois acteurs influents de la politique marocaine en cette période particulièrement délicate : «C'est donc en interrogeant le plus grand nombre de gens possible que je suis parvenu à me faire de ce pays, resté si complètement fermé à toute pénétration européenne, une idée que je crois juste : il va sansdire que j'ai toujours cherché l'information à sa source la plus sûre et que je me suis efforcé, quand faire se pouvait, de contrôler les renseignements des uns par les autres» .
Aubin ne pouvait mieux tomber. Le pays est à la une des journaux anglais et français. Depuis le traité de Madrid de 1888 , le pays est la proie de visées colonialistes que ne retardait que l'âpreté de la concurrence desintéressés. Anglais , Français, Espagnoles et bientôt Allemands se bousculaient au portillon au point d'obstruer l'issue à tout le monde. Mais ce n'est encore que question de temps. Depuis la mort du grand Vizir Ba Ahmed, régent du trône depuis 1894, le pays traverse une période d'incertitude, assez coutumière dans l'histoire du pays à l'avènement de chaque règne. Mais avec le jeune sultan MoulayAbdelaziz, la situation se complique davantage.
Les pressions étrangères se font de plus en plus ressentir ; la siba dans la montagne reprend du poil de la bête et pour ajouter à la confusion générale, le prétendant Bou Hmara, à la tête d'une armée tribale, est à la porte de la capitale Fès. Auparavant, le jeune sultan avait entrepris de réformer le régime fiscal en remplaçant l'impôt...
tracking img