Semiotique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3177 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ACTA IASSYENSIA COMPARATIONIS 3/2005
152
BRÎNDUŞA GRIGORIU
Universitatea „Al.I. Cuza” Iaşi

L’Exil à l’image de Tristan (et Yseult)
Les Romans de Tristan du XIIème siècle français sont essentiellement des
poèmes de séparation. La distance entre Tristan et l’Yseult de ses fantasmes
représente, peut-être, le ressort narratif primordial ; mais il y a aussi l’espace qui se
creuse entreeux-Mêmes et les Autres, tout aussi déterminant. Unis à jamais par la
mémoire collective, les deux amants inscrivent leur existence légendaire dans
l’espace de la séparation, du «jeo sanz mei/ moi sanz vus» 1, autrement dit, de l’exil
Spatialement, narration veut dire cheminement. Dans les Tristan que l’on se
propose d’étudier – la version de Béroul et celle de Thomas, les deux datant de ladeuxième moitié du XIIème siècle – , il s’agit tantôt d’une quête éperdue de l’autre,tantôt d’une fuite ensemble. Estrange cheminement, à appréhender comme la conquête d’une transcendance autrement accueillante: tabouée, mais suprêmement humaine. Dernier (dé)paysement : la Mort.

Exils tristaniens
D’après la plupart des dictionnaires français, l’exil est un concept-carrefour, se
situant àl’intersection d’un (non)vouloir individuel, d’une nécessité souvent impersonnelle ou supra-individuelle, et d’un espace conçu en termes de désirabilité/accessibilité.
Il convient de prendre comme point de départ la définition du Grand Larousse
encyclopédique, qui assigne à la notion ses significations le plus fréquemment
rencontrées : « expulsion hors de sa patrie » ; « séjour pénible, loin d’un lieu ou depersonnes regrettées »2. Tristan remplit sans doute ces conditions : il sera
effectivement contraint à quitter sa patrie, ou, du moins, l’être qui objective son
sentiment d’appartenance symbolique, son sens de la communion ; en plus, son
séjour sera effectivement pénible, même feint, car il équivaut à une marginalisation
sinon à une exclusion totale de la société.
Il est vrai, d’autre part,que la valeur purement géographique de l’exil n’est guère
mise en lumière ; Tristan n’a pas le mal du pays, il a plutôt le mal de l’amour, si on
peut le dire. Dans la version de Thomas, la Salle aux images représente une sorte de « chez soi » fidèlement reconstitué ; mais il est de nature plutôt temporelle, et plus largement psychique. C’est un lieu pleinement investi, à tel point qu’il estquasiment dé-spatialisé, se prêtant à merveille à un traitement allégorique psychologisant.
En outre, le caractère « expulsif » de l’exil ne relève pas uniquement de
l’autorité institutionnelle de la royauté, même incarnée en Marc ; une fois banni, le
Tristan de Thomas ne songe guère à rétablir le canal de communication, sauf par
des monologues plus ou moins télépathiques ; il reste dans ladimension de l’ex, il

1 Marie de France, Lai du Chèvrefeuille, dans Tristan et Iseut, Les poèmes français. La saga norroise, Textes originaux présentés, traduits et commentés par Daniel Lacroix et Philippe Walter, Librairie Générale Française, Paris, 1989, p. 310
2Grand Larousse encyclopédique, tome quatrième, Librairie Larousse, Paris, 1961, p. 846
ACTA IASSYENSIA COMPARATIONIS 3/2005
153
lavit orgueilleusement et la prend pour un rejet de la part d’Yseult plus que pour
un obstacle interposé de l’extérieur. C’est à elle qu’il impute cette mise à distance,
ou plutôt à Elle, dans sa féminitude incompréhensible, voire inconcevable. L’exil
de Tristan est, dans une certaine mesure, un séjour hors de l’Anima, ou, peut-être,
hors de la sexualité même, hors du Corps – social et intime.Chez Béroul, l’exil solitaire est une pure feinte, un comme si joué d’après les
règles d’Yseult, qui sait mener et malmener le jeu (dans ses dimensions théâtrales
aussi bien que ludique, donc a- ou immorale). C’est un isolement par rapport à
l’espace peuplé auquel Tristan était censé appartenir, mais non pas par rapport à la
personne en fonction de laquelle se définissent justement les...
tracking img