Seneque de la brièveté de la vie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (776 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sénèque commence par exposer la thèse du traité : la vie n'est pas trop courte, c'est nous qui la perdons. En effet, la vie est assez longue et largement octroyée pour permettre d'achever les plusgrandes entreprises, à condition qu'elle soit tout entière placée à bon escient et elle s'étend loin pour qui en dispose bien. Puis Sénèque explique comment nous gaspillons notre temps. Pour lui, denombreux hommes courent après des plaisirs illusoires et éphémères, comme la gloire militaire ou la beauté, au lieu de se consacrer à eux-mêmes. L'Auteur plaint aussi ceux qui sont accablés par larichesse, qui sont esclaves de leur vie professionnelle. De même, Sénèque s'interroge sur la valeur inestimable du temps, et regrette que ce dernier ne soit jamais vraiment considéré : On ne trouve personnequi veuille partager son argent, mais chacun distribue sa vie à tout venant et personne ne te restituera tes années, personne ne te rendra à toi même, alors qu'on considère normal de rembourser unesomme d'argent empruntée. La douleur vaine, la joie stupide, le désir avide, la conversation flatteuse : tout cela nous fait perdre notre temps, et réduisent en cendres la durée de notre existence. Lacause de cette insouciance : chacun vit comme s'il devait vivre pour l'éternité, mais la fragilité de l'existence ne vient souvent que trop tard. Sénèque enchaîne sur une série d'exemples historiques,prenant à témoin d'illustres personnages de l'antiquité pour soutenir sa thèse, parmi lesquels on trouve Auguste et Cicéron.
Dans le passage suivant, Sénèque entreprend une longue description de cequ'il appelle les 'occupés', et de la manière dont ceux-ci perdent leur vie. Pour l'Auteur, les occupés désignent aussi bien les débauchés, qui passent leur temps dans l'ivresse et les plaisirs de lachair que les avares, les colériques, les mondains qui passent de banquet en banquet, les élèves ou les professeurs qui consacrent leur temps à des études inutiles ou les hommes d'affaires esclaves...