Seneque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4483 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sénèque (en latin Lucius Annaeus Seneca), né dans l'actuelle Cordoue au sud de l'Espagne d'aujourd'hui vers 4 av. J.-C. et mort le 12 avril 65 ap. J.-C., est un philosophe de l'école stoïcienne, un dramaturge et un homme d'État romain du Ier siècle de l'ère chrétienne. Il est parfois nommé Sénèque le Tragique ou Sénèque le Jeunepour le distinguer de son père, Sénèque l'Ancien.
Conseiller à lacour impériale sous Caligula et précepteur de Néron, Sénèque joue un rôle important de conseiller auprès de ce dernier avant d'être discrédité et acculé au suicide.
Ses traités philosophiques comme De la colère, Sur la vie heureuse (en latin, De Vita beata) ou De la brièveté de la vie (De Brevitate vitæ), et surtout ses Lettres à Lucilius exposent ses conceptions philosophiques stoïciennes : pourlui « Le souverain bien c'est une âme qui méprise les événements extérieurs et se réjouit par la vertu ».
Ses tragédies constituent par ailleurs un des meilleurs exemples du théâtre tragique latin avec des œuvres qui nourriront le théâtre classique français du XVIIe siècle comme Médée, Œdipe ou Phèdre.
[modifier] Biographie
Il est né à Curduba (actuelle Cordoue) en Bétique (actuelle Andalousie,en Espagne) vers 4 avant J.-C. La date est imprécise et la naissance est habituellement donnée entre l'an 4 av. J.-C. et 1 ap. J.-C.[réf. nécessaire] Sa famille ne semble pas avoir été espagnole, mais aurait été originaire d'Italie du Nord[réf. nécessaire].
Il était le deuxième fils d'Helvia et de Marcus Lucius Annaeus Seneca (dit « Sénèque l'Ancien »), un rhéteur aisé de rang équestre. Gallion,son frère aîné, futproconsul à Thessalonique en Achaïe, où, selon les Actes des Apôtres1, Paul de Tarse comparut devant lui en 53. Sénèque le Jeune était aussi l'oncle de l'écrivainLucain,fils de son frère cade

Sénèque (Antikensammlung Berlin)
Il était encore très jeune lorsque sa famille vint à Rome, où son père lui donna une éducation soignée. Il fut d'abord attiré par le pythagorisme. Vers20 ans, il tomba gravement malade et on l'envoya en Égypte se rétablir.
De retour à Rome en 31, il commence le cursus honorum.
Conseiller à la cour impériale sous Caligula - qui, semble-t-il, le jalousait2 -, il fut plus tard victime des intrigues de Messaline, la troisième épouse de Claude et, sous prétexte d'adultère avec Julia Livilla, sœur d'Agrippine, relégué en 41 en Corse. Il tente danssa Consolation à Polybe de plaire au secrétaire de Claude qui venait de perdre son frère3. Ce texte est si chargé de flatteries que certains comme Paul Albert (1827-1880) estiment que Sénèque n'en est pas l'auteur4. Le texte de Sénèque n'eut pas l'effet espéré, il ne fut rappelé qu'en 48 ou 49 après la mort de Messaline et à la demande d'Agrippine la Jeune, la nouvelle épouse de Claude.
En 50, ilest préteur.
Il fut le précepteur de Néron : c'est d'ailleurs lui qui composa l'éloge funèbre prononcé par Néron à la mort de Claude, comme il composa, par la suite, bon nombre des discours du nouvel empereur. Plus tard, Sénèque composa une pièce moins sérieuse sur l'apothéose de Claude : l'Apocoloquintose [1].
Avec le préfet du prétoire Sextus Afranius Burrus, Sénèque fut l'un des principauxconseillers de Néron durant les cinq premières années du règne de l'empereur : lequinquennium Neronis.
En mai-juin 55, il est consul suffect.
En 56, il publie le De Clementia.
En 58, Sénèque est diffamé par P. Suillius, qui lui reproche son immense fortune (300 millions de sesterces) acquise par ses amitiés, et sa tentative de débaucher des femmes de la maison princière. Mais le philosophe s'entire sans dommage5.
Sénèque parvient à rompre le lien quasi incestueux de Néron et de sa mère, isole Agrippine et participe activement, quoique indirectement, à son assassinat en 59. « Aussi n'était-ce plus Néron, dont la monstruosité était au-delà de toute plainte, mais Sénèque que la rumeur publique condamnait, pour avoir avoué, en faisant écrire cela, le crime. »6.


La Mort de Sénèque,...
tracking img