Senghor. femme nue

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1433 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L.S SENGHOR, Femme noire

INTRODUCTION

Des statuettes féminines ou Vénus paléolithiques retrouvées en Dordogne aux tableaux des peintres modernes, on retrouve la même fascination de l'homme pour la femme, la même célébration.
De même L.S. Senghor dans "Femmes noires…", tiré du recueil Chants d'Ombre, 1945.

(autre idée) Sculpture de J.B. Carpeaux au musée d'Orsay "Les quatre parties dumonde soutenant la sphère céleste" réalisée pour les Jardins de l'Observatoire : quatre points cardinaux symbolisés par quatre femmes dont la femme noire…

I. Ce poème est un hymne à la "femme noire"

1° § Le poète évoque la "femme noire" à différents moments de la vie

1° IA – La mère et l'enfant : v.3 "J'ai grandi à ton ombre …"

2° IA – La jeune fille et l'éveil de l'amour qu'elleprovoque :
• v.4 "Je te découvre.." = indicatif présent opposé aux temps du passé du vers précédent ; le début du vers, "Et voici", renforce cette impression .
• découverte qui "foudroie" celui qui est à "l'Eté", au "Midi" de sa vie (vers 4)
• Coup de tonnerre "révélateur" marqué par les allitérations en [k] (vers 4 à 6) : "Qu'au cœur… découvre… col calciné … plein cœur commel'éclair"

3°IA – L'épouse "aimée" et les "frémissements" de l'amour
• Métaphore qui assimile au vers 10 la "femme nue" à la "savane qui frémit" et "gronde" sous les caresses amoureuses.
• Frémissement souligné par les allitérations des couples [fr] dans "frémit" et "ferventes" et celle de la soufflante [v] dans "savane"… "ferventes" et "vent" (vers 10-11).

4° IA – La femme âgée face àson "Destin" : dernière strophe
• évocation du temps "qui passe" (vers 25)
• et des "cendres" de la mort.

2° § L.S. Senghor met également en valeur les diverses qualités de celle qu'il évoque.

1°IA - Ce poème est un véritable hymne qui célèbre la "femme noire" :
• 4 strophes qui sont des interpellations.
• une accumulation d'appositions qui se rapportent à la"femme nue", "femme noire"

2°IA – La femme est protectrice
• son "ombre" protège l'enfant (vers 3), comme elle accueille l'homme mûr (vers22)
• sa "douceur" est telle qu'elle se confond avec les mains elles-mêmes (vers 3).

3°IA – La femme apporte calme et réconfort :
• La métaphore de "l'huile" (v.16) souligne ce côté apaisant.
• Cette image est renforcée parl'abondance des monosyllabes et l'allitération de la liquide [l]
• Mais surtout "les soleils prochains" de ses "yeux" dissipent "l'angoisse" (v.22)
Lumière et intimité ("prochains")
• Complice aussi des "jeux de l'esprit".

4°IA – La femme, surtout, est source de "vie"
• source de "vie" pour l'enfant (v.2)
• mais même au-delà de la mort (vers 26-27)
si elle meurt,c'est "pour nourrir" les racines de la vie, comme elle a "nourri", allaité l'enfant. L'idée de "vie" encadre le texte.

3°§ L.S. Senghor "chante", enfin, la beauté de la "femme noire".

1°IA –C'est d'abord la "couleur" qui est mise en valeur.
• Cette couleur parcourt tout le texte, depuis le titre, jusqu'à la dernière strophe.
• Le "noir" est chargé par la métaphore du vers 2 d'uneconnotation de "vie" totalement opposée au symbolisme occidental qui fait du "noir" la couleur de la mort.
• Cette idée de "vie" est renforcée par l'allitération en [v] :"vêtue"… "vie"
• Diverses oppositions mettent, par contraste, en évidence la "beauté" du noir :
➢ Vers 18 : les "perles"… sur la "peau"
➢ Vers 22 : l'ombre de la chevelure et le blanc des yeux…"ensoleillés"
• Cette couleur est magnifiée aussi par les reflets et jeux de lumière :
➢ Vers 20 : "reflets" des bijoux en "or".
➢ Vers 21 : reflets "moirés" c'est-à-dire chatoyants de la peau noire qui brille, peut-être sous l'effet de l'huile évoquée dans la même strophe.

2°IA – La beauté de la "femme noire" vient aussi de la forme "sculpturale" de son corps.
• L'image du...
tracking img