Separaion des pouvoirs chez montesquieu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2250 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation : La théorie de la séparation des pouvoirs selon Montesquieu

« Tout serait perdu si le même Homme, ou le même corps des principaux, ou des nobles, ou du peuple, exerçaient ces trois pouvoirs : celui de faire des lois, celui d’exécuter les résolutions publiques, et celui de juger les crimes ou les différends des particuliers. » Cette citation reflète l’intérêt de la séparationdes pouvoirs qui consiste à confier les différents pouvoir d’un Etat : le pouvoir législatif, exécutif et judiciaire à des organes bien distincts afin d’éviter tout abus de pouvoir. Montesquieu (1689-1755), est un écrivain français mais surtout un philosophe et un penseur politique. Philosophe des Lumières (mouvement apparu au XVIIIe), la Raison occupe désormais une place prépondérante par rapportà la Nature. Montesquieu descend d’une famille noble : les de Secondât et occupe la fonction de magistrat. Son origine sociale ressort dans ces théories même si il tient à mener un combat face à l’absolutisme notamment sous Louis XIV, mais surtout contre le despotisme qui est un régime politique dans lequel la quasi-totalité des pouvoirs est entre les mains d’un seul et où la garantie des libertésdes individus n’est donc pas assurée. Dans le livre De l’esprit des Lois, Montesquieu s’est efforcé à définir les moyens de limiter les pouvoirs de l’Etat afin d’assurer aux citoyens la plus grande liberté politique en observant les institutions anglaises du XVIIIe. Montesquieu est le théoricien de la séparation organique des pouvoirs, son prédécesseur est le philosophe anglais John Locke quiavait théorisé la séparation fonctionnelle des pouvoirs. La liberté politique est le droit d’autodétermination comme expression de la volonté individuelle. On peut se demander en quoi consiste cette théorie de la séparation des pouvoirs et quelles sont ses limites. Pour répondre à cette question, il convient de montrer que la séparation organique des pouvoirs a plusieurs objectifs (I) et dans undeuxième temps, que cette théorie rencontre des limites certaines dans la réalité (II).

I / La séparation organique des fonctions, divers objectifs :
Nous allons démontrer que la séparation des pouvoirs chez Montesquieu entre des organes distincts permet à la fois de garantir la liberté politique des individus (A) ainsi que d’éviter la confusion des pouvoirs (B).
A/ La garantie de la libertépolitique
Tout d’abord, nous pouvons rappeler que le terme «  liberté politique » signifie, pour Montesquieu : « cette tranquillité d’esprit qui provient de l’opinion que chacun a de sa sureté », en d’autres mots, c’est la liberté d’opinions. Montesquieu débute sa théorie par un constat, l’Homme est irrémédiablement attiré par le pouvoir et dès qu’il le détient, il va se borner à en faire l’usagejusqu’à abuser de ce dernier : «  c’est une expérience éternelle que tout Homme qui a du pouvoir est porté à en abuser ; il va jusqu’à ce qu’il trouve des limites ». On constate que Montesquieu a le même point de départ pour sa théorie que le philosophe anglais John Locke (XVIIIe) qu’il expose dans son livre : Second traité sur le gouvernement civil. En effet, pour Locke, l’Homme est victime d’une« faiblesse humaine » qui le contraint à vouloir abuser du pouvoir qui peut lui être confié. Pour Montesquieu, c’est donc à cause de sa nature que l’Homme ou plutôt qu’un homme ne doit pas concentrer les trois pouvoirs de l’Etat, à savoir :
La puissance législative : celle d’élaborer les lois, qui doit être confiée à un système bicaméral : avec une chambre dite Haute, composée de Nobles et une autre,appelée basse, constituée de représentants élus par le peuple pour que ce dernier fasse « par ses représentants tout ce qu’il ne peut faire par lui-même », les citoyens font donc partie de la puissance législative, on reconnait ici le système anglais que Montesquieu observé avec attention pour rédiger sa théorie avec la Chambre des Lords d’un coté et de l’autre, celle des Commons.
La...
tracking img