Sequence sur l'argumentation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2044 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA BOETIE, extrait de Discours de la servitude volontaire (1576)

Que dénonce La BOETIE?
I – Le tyran

1.1 - Un homme de peu de valeur

* Un homme comme les autres : ≠ surhomme
* Champ lexical du corps
l. 9 "Ce maître n'a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de
plus" -> négation restrictive
* Un homme soumis à ses désirs
Allusions à la luxure -> 1des 7 pêchés capitaux.
l. 19 : "luxure"
l. 21 : "se mignarder dans ses délices"
l. 22 : "sales plaisirs" / "délices"

1.2 – Un homme qui gouverne pour le malheur du peuple

* "colosse" : fausse image de ce qu'il est en réalité.
* Le pays est dans un état perpétuel de violence et de guerre
* Hommes déshumanisés
Cp : Le tyran est fortement dénoncé par La Boétie. Ilincarne le Mal, et donc il doit être combattu

II – Le peuple

2.1 - En s'adressant directement à lui

En faisant cela, même si c'est avec rudesse, La Boétie ré-humanise le peuple tyrannisé. Il le considère comme capable de réfléchir, de se révolter.
* "vous" l. 2, 4
* présent de l'indicatif. Enonciation. "Vous vous laissez enlever", "vous vivez",
"vous vous usez à la peine" (= travaildur).
Le peuple doit se sentir concerné.
* La Boétie s'implique : "je ne vous demande pas" (l. 26)

2.2 – Par le registre polémique / effets d'insistance

* comparaison avec les animaux
* opposition entre la grande souffrance du peuple et l'attitude du tyran. +
adresse à la 2ème personne (+ énumération)
-> l. 17 : "Vous semez vos champs pour qu'il les dévaste"
-> l. 17: "Vous meublez [...] pour fournir ses pilleries"
-> l. 22 : "Vous vous affaiblissez afin qu'il soit plus fort"
proposition subordonnée de but
* manichéisme
* fait d'agir contre soi-même voire d'être idiot (cf. verbes pronominaux)
* culpabilité du peuple

Cp : La Boétie cherche à bousculer le peuple pour qu'il décide decesser de subir la tyrannie. Il veut créer un choc.

FONTENELLE, extrait de Histoire des oracles (1687)

Classicisme (Molière, Corneille, Racine, La Fontaine) Œuvre : plaire et instruire (apologue)
Classicisme (Molière, Corneille, Racine, La Fontaine) Œuvre : plaire et instruire (apologue)
Biographie de Fontenelle:
1657 -> XVIIème :
Les Lumières (Voltaire)Privilégier la raison, notamment contre la superstition
Les Lumières (Voltaire) Privilégier la raison, notamment contre la superstition
Fontenelle
1757 -> XVIIème :

mathématicien (sciences)
philosophe précurseur des Lumières
écrivain (artiste)
L'apologue (récit à valeur d'enseignement didactique) écritpar Fontenelle fait réfléchir le lecteur à propos de la dent d'or et lui fait prendre conscience qu'il ne faut pas tout croire.

Analyse:

Comment Fontenelle s’y prend-il pour rendre son texte particulièrement efficace ?

I- Une présentation claire des principes de la science expérimentale
1- Ce qu’il ne faut pas faire : les « histoires » de la dent d’or
* Enchainement deserreurs
* Confusion science religion

2- ce qu’il faut faire : Fontenelle historien de la dent d’or
* précision des informations : dates, lieus, noms…
* parcoure argumentatif rigoureux

Cp : Fontenelle rend sa position particulièrement convaincante car il réussit a montrer l’exemple et à dénoncer ce qui n’est qu’une parodie de la science véritable.
Tr : mais ce texte ne serait pasreste dans les mémoire si Fontenelle ne s’était pas rallie la sympathie des lecteurs.

II- Une histoire plaisante
1- la mise en place d’une relation d’égalité avec le lecteur
* énonciation : Fontenelle ne s’exclut pas de l’erreur commune, il utilise parfois un ton d’oralité ; le texte est comme une conversation
* utilisation de l’ironie : le lecteur est capable de réfléchir...
tracking img