Serveuse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1932 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La schizophrénie

Thème par Bleuer en 1911 qui était un psychiatre allemand, qui a relevé essentiellement le concept du repli autistique en tant que syndrome caractéristique et il a associé à cela le syndrome dissociatif. A côté du repli autistique et du syndrome dissociatif, il y a le délire paranoïde (trois syndromes dans la schizophrénie).
Schizos : couper
Phrenos : esprit, penséeC’est la maladie de l’esprit déchiré, coupé. C’est une maladie fréquente avec une incidence de 1% dans la population générale.
Evolution chronique handicapante. Inexistence d’un traitement curatif. La schizophrénie représente un réel problème de santé publique.
Il faut une prise en charge pluridisciplinaire. Les handicaps varient d’une personne à l’autre, selon le soutien, l’entourage,les maladies associées,…
L’étiologie de la schizophrénie est multifactorielle (plusieurs causes possibles, mais aucun mécanisme ne peut expliquer par lui-même l’apparition de la maladie).
On peut évoquer des facteurs biologiques, génétiques, relationnels, développements multiples.

I Description du syndrome dissociatif

Caractéristiques à la schizophrénie, on ne lerencontre pas dans d’autres pathologies. Il se définit par la rupture des processus unissant le psychisme (les fonctions cognitives, affectives ou le comportement). Il s’agit d’un manque de concordance entre ces différents processus.

1) Dissociation des fonctions supérieures

Troubles de la pensée, du langage, des fonctions élémentaires (attention, mémoire, vigilance), du systèmelogique.

a) Troubles de la pensée

Troubles du cours et du contenu de la pensée. La vitesse de la pensée peut être accélérée ou ralentie. C’est au niveau du rythme de la pensée qu’on aura deux symptômes spécifiques :
➢ Le barrage : suspension brutale du discours qui peut être repris au bout de quelques minutes sur un même thème ou un thème différent. Le patient ne semblepas conscient ou gêné par ce type de communication.
➢ Le fading : ralentissement progressif du discours qui devient presque inaudible. Le patient paraît absent. Après, il peut reprendre spontanément un rythme normal.
Au niveau du contenu de la pensée, on observe des bizarreries de la pensée caractérisées par l’existence d’idées étranges, paradoxales. On peut également observer unepensée diffluente avec des idées qui s’enchaînent d’une manière anarchique, avec une idée qui va contaminer une autre idée sans que la précédente soit suffisamment exposée. Les idées diffluentes provoquent un relâchement des liens associatifs. Pas d’articulation de ces idées.

b) Troubles du langage

On peut décrire des altérations phonétiques du langage qui est une altération dutimbre, de la tonalité, de l’intonation.
Altération sémantique du langage (signification du langage. Chaque mot a un sens, les mots peuvent s’articuler et donner un autre sens. Un mot représente quelque chose : symbole). Chez le schizophrène, il y a formation de néologisme (nouveaux mots) ou de paralogisme (modification du sens des mots).
La mauvaise utilisation de la syntaxe et la difficulté dansla construction des phrases.
La communication du schizophrène est constamment perturbée, il peut donner des réponses à côté (c’est le syndrome de Gauser) ou en écho (répétition de ce que l’on dit : écholalie). Le schizophrène utilise souvent dans sa communication une symbolique personnelle avec utilisation préférentielle de certains mots et assez souvent le sens global de sa communication nouséchappe, il s’agit d’une communication hermétique. L’ensemble des perturbations du langage peut aller jusqu’à la création d’un néolangage (langage à lui) que l’on appelle schizophasie.

c) Troubles des fonctions élémentaires

Attention, concentration et mémoire ne sont pas déficitaires, mais leur efficacité est entravée par le relâchement des liens associatifs, par l’activité...
tracking img