Ses - changement social

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2735 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 3: Changement sociale et inégalité

L’idéal égalitaire :
L’idéal égalitaire peut être défini comme le stimulant des sociétés démocratiques. Il est à la fois le but et le moteur de la démocratie. En effet, plus l’égalité progresse objectivement plus les inégalités qui demeurent sont ressenties comme insupportables. Cela fera l’objet d’une nouvelle avancée, de nouveaux progrès versl’égalité des conditions.
Cet idéal égalitaire n’a pas toujours été considéré comme un but souhaitable. Ainsi dans les sociétés de castes et les sociétés d’ordres (comme la France sous l’Ancien Régime) il existe une transmission héréditaire des statuts sociaux et les groupes sont inégaux en droits, selon le prestige que la société attache à leurs fonctions ou à leur naissance.
Aujourd’hui, largementadmis, accepté et exalté, l’idéal égalitaire est cependant contesté par les néo-libéraux au nom de l’efficacité économique, de la croissance. Selon eux, les inégalités conduisent ceux qui ont échoué à faire preuve d’initiative pour réussir à l’avenir. Ainsi les inégalités sociales entre les individus non seulement ne sont pas injustes, mais elles bénéficient à l’économie globale. Ce discours libérala succédé, à partir du début des années 1980, au discours égalitariste, qui n’a pas prouvé son efficacité (cf. l’effondrement du bloc communiste) et un courant de pensée qui a de plus en plus d’audience (F. Hayek, M. Friedman, J. Rawls…) s’est développé selon lequel " les inégalités sont dynamiques ".
L’égalité des conditions selon A. de Tocqueville
Caractéristique essentielle de la sociétédémocratique est " l’égalité des conditions ".
• Une égalité de droits : elle s’obtient par l’abolition des privilèges héréditaires et donc l’égalité des individus devant la loi. Cette égalité des droits entre les individus a été affirmée en France avec constance depuis la Révolution de 1789.
• Egalité des chances : possibilité d’une mobilité sociale. Cela signifie pour Tocqueville l’égalitéd’accès à la fortune, à la formation, à n’importe quelle " place sociale " et la possibilité de jouir d’un certain seuil d’aisance. La démocratie devrait aboutir à l’égalisation des conditions car la possibilité de mobilité sociale et l’idéal égalitaire agissent sur le comportement des individus. Il en résulte que la démocratie favorise la tendance à l’homogénéisation des modes de vie et même duniveau de vie, le développement d’une grande classe moyenne et le nivellement des conflits.
• Un sentiment d’égalité : la démocratie est un état social dans lequel les individus ressentent de la considération, se croient et se vivent comme des égaux.
Si on ajoute la dimension politique, on peut définir alors la démocratie comme étant à la fois, un régime politique (qui implique laparticipation des citoyens aux élections, au suffrage universel ; la séparation des pouvoirs ; le pluralisme politique ; le respect des libertés publiques), un état social (qui suppose l’égalité des chances, c’est-à-dire des positions qui restent ouvertes à tous) et un état d’esprit. Elle fonctionne comme un idéal.
Société démocratique : liberté et égalité
La démocratie repose principalement sur deuxpiliers : l’égalité et la liberté.
L’amour de la liberté est si vif qu’il s’est traduit par le libéralisme économique, doctrine qui prône la liberté du travail, du profit et des échanges. Et au nom de l’efficacité économique, le libéralisme crée et accepte les inégalités.
La passion pour l’égalité, quant à elle, devrait aboutir à l’égalisation des conditions sociales, c’est-à-dire àl’homogénéisation des niveaux et des modes de vie, voire même à l’égalitarisme, conception particulière de l’égalité selon laquelle toute différence doit être rejetée, toutes les inégalités économiques et sociales gommées.
Ces deux aspirations, liberté et égalité, constituent au sein de la démocratie deux pôles en tension. Il semble que lorsque l’on se rapproche de l’un, on s’éloigne de l’autre et se pose...
tracking img