Si la connaissance de soi est utopique, devons-nous pour autant y renoncer ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2873 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DISSERTATION DE PHILOSOPHIE

Sujet : Si la connaissance de soi est utopique, devons-nous pour autant y renoncer ?

Depuis toujours l’homme croyait se connaître, il se pensait être maître de sa maison, conscient de tout, rien ne pouvais lui échapper. D’ailleurs Descartes fait de la conscience la clé de tout, pour lui chaque être humain est transparent, c'est-à-dire quel’homme est conscient de soi et du monde qui l’entoure. Mais voilà que tout va changer dans les années 1885, quelqu’un remet en question le raisonnement de Descartes. En effet, c’est grâce au psychanalyste et médecin neurologue Freud que l’on sait que notre mémoire comprend également une partie inconsciente. Il a inventé le concept « inconscient », en dénonçant la suprématie de la conscience eten faisant parler du moi tapi en nous. On peut alors se demander : S’il est impossible d’accéder entièrement à la connaissance de soi, devons-nous délaisser l’espoir de nous connaitre ? Puis-je voir clair en moi-même ? Es-ce que je me connais ? Mais ma conscience de moi est-elle toujours objective, parfaite ? Est-ce que cette conscience, ne nous induit-elle pas dans des illusions ? Avons-nousconscience de l’intégralité de notre vie psychique ?

Pour commencer, la connaissance de soi est bien réelle mais peut être très différente d’une personne à l’autre, suivant leur faculté à se remettre en question ou pas. Chaque être humain pense se connaitre mieux que quiconque. La connaissance de soi est le savoir qu'une personne acquiert sur elle-même, en termes psychologiques ou spirituels, aucours de sa vie à l'occasion de ses expériences. Selon notre éducation et nos expériences de la vie, le jugement sur soi peut être totalement différent. « Au lieu d’aller dehors, rentre en toi-même : c’est au cœur de l’homme qu’habite la vérité. » (Saint Augustin)
La conscience de soi est un élément important dans la connaissance de soi, elle joue un rôle pour apprendre à se connaître, savoir quion est. La conscience peut se définir comme la connaissance qu’a l’homme de ses pensées, de ses sentiments et de ses actes. La conscience apparaît comme la condition nécessaire et préalable de toute recherche de sens et de vérité. Le mot conscience vient du latin « conscientia » c'est-à-dire « accompagné de savoir ».

C’est à partir du Cogito ergo sum : « je pense, donc je suis », de Descartesque la conscience peu apparaître comme le fondement et le modèle de toute connaissance. A première vue, être conscient de soi, c’est éprouver un certain sentiment de son existence. Quand nous apprenons quelque chose, nous sommes conscient de ce que nous faisons, nous y faisons attention, nous nous concentrons sur cela, tandis que, lorsque nous savons parfaitement faire cette chose, nous exécutonsnos actes machinalement, sans en avoir conscience. Lorsque nous avons un choix important à faire, notre conscience est très aigue. Par ailleurs, notre conscience atteins le plus haut niveau de vivacité lors des crises intérieures (peur, angoisse, désespoir…). Ceci est une observation d’Henri Bergson, la Conscience et la vie, Conscience est synonyme de choix. Notre conscience évolue, se développeen même temps que notre pensée et nos choix. « La conscience est conscience de quelque chose, ce n’est pas une chose pensante mais une visée » (Edmond Husserl).
Au sens premier, l’être humain bénéficie d’une conscience psychologique, le fait que le sujet possède une certaine connaissance de ses actes psychiques, ses sensations, émotions, son imagination ainsi que de ses pensées. On ressent dessentiments et on en est conscient, on a conscience de nos désirs et de nos représentations. Ceci peut également se définir comme l’intuition c'est-à-dire la connaissance immédiate d’un être qui pense à son activité mentale, de ses actes, du monde et de lui-même. « Je suis une chose qui pense…, c'est-à-dire une chose qui doute, qui conçoit, qui affirme, qui nie, qui veut, qui ne veut pas, qui...
tracking img