Si tu t'imagines

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1333 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique 2
Corneille, « Stances à Marquise »
Introduction
Auteur//œuvre//texte : homme de théâtre du 17ème siècle et membre de l’Académie française en 1647, il est l’un des plus grands dramaturges français. Ses œuvres comme Le Cid (1637), Horace (1640) ou encore Cinna (1642) sont des chefs-d’œuvre de la littérature française. Moins connu pour son œuvre lyrique, Corneille est aussiun représentant de la poésie précieuse qui avait cours dans les salons littéraires du XVIIème. On y retrouve les thèmes traditionnels de la demande amoureuse et du caractère éphémère de la beauté cher au courant baroque.
Les stances, poème lyrique élégiaque formé de strophe de même structure sont un genre mineur courant dans la poésie précieuse et mondaine. Corneille est l’auteur des « Stances àMarquise », Marquise qui est Thérèse Du Parc, comédienne de la troupe de Molière dont sont amoureux le vieux Corneille et le jeune Racine. Elle fut très courtisée et était célèbre pour ses talents de tragédienne et pour sa beauté. Les « Stances à Marquises » sont composées de 8 quatrains d’heptasyllabes en rimes croisées. Dans ses stances, Corneille rappelle à Marquise que le temps passe et qu’ils’agit de profiter rapidement de sa beauté et de sa jeunesse en répondant à ses avances. Ce poème propose toutefois une réécriture parodique du carpe diem.
Projet de lecture : Pourquoi peut-on dire que les « Stances à Marquise » sont une réécriture parodique du thème du carpe diem ?
- une démonstration // une invitation à profiter de la vie
- originalité du poème : insolence du poèteLa démonstration // l’invitation
1. Communication entre le poète et la femme aimée
= apostrophe « Marquise » qui ouvre le poème au vers 1 et le termine en quelque sorte au vers 29 en ajoutant l’adjectif épithète « belle » en guise de compliment : un poème donc destiné à la femme courtisée par l’auteur.
= présence du poète : 1ère pers du singulier « mon visage, à mon âge »
= le poète donnedes conseils : impératif « Pensez-y »
DONC : une situation de communication qui s’établit entre le poète et la femme courtisée. Corneille incite la jeune femme à réfléchir.

2. Le temps qui passe : un thème central
Le thème de la fuite du temps est fortement présent dans le poème
= il est associé à un lexique péjoratif « vieux v2, âge v3, faner v7, rider v8, ravages du temps v16, usés v20,grison v30 » : champ lexical très développé ce qui montre l’omniprésence du thème.
= omniprésence et mise en évidence de ce thème à la rime « vieux v5 âgev3 temps v16, usés v20 »
= l’utilisation de l’heptasyllabe renforce cette idée de fuite du temps en créant un rythme rapide.
= il est traité à travers le thème du cycle des saisons : v9 et 10.Le passage des saisons est renforcé parl’enjambement du vers 9 sur le vers 10
= il est présenté comme implacable comme le montre le chiasme (voir les pronoms personnels) des vers 11 et 12.Sa puissance est aussi montrée par la personnification du temps aux vers 6 et 7.

DONC : il est remarquable que le mot « amour » n’apparaisse jamais. C’est que le thème central est autre : il s’agit de la fuite du temps.

3. L’ensemble correspond à unevolonté de convaincre Marquise : la logique du discours
= strophes 1 à 3 : la vieillesse est présentée comme inévitable et implacable
- négation : « vous ne vaudrait guère mieux » : ravage du temps sur la beauté ; la jeunesse.
- personnification du temps : puissance du temps vers 5/6
- puissance du temps montrée aussi par le superlatif et le pluriel vers 5 « aux plus belleschoses »: rien n’est épargné par le temps.
- métaphore de la rose et le futur, mode de la certitude : « il saura faner vos roses » :aspect inévitable des effets du temps.

= strophes 4 à 7 : la supériorité du poète sur la femme
- marque d’opposition « cependant » : le poète d’emblée se met à l’écart des effets du temps : -pluriel hyperbolique de « charmes » et hyperbole...
tracking img