Si c'est un homme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1231 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse d’un roman de Primo Levi : Si c’est un homme.

o Primo Levi explique dans sa préface les quelques raisons et intentions qui l’ont poussé à partager ce livre. Il souligne tout d’abord qu’il ne l’as pas écrit dans le but de juger ou de porter de nouvelles accusations. Non, il l’as écris et publié pour fournir des documents à une étude dépassionnée de certains aspect de l’âme humaine. Sic’est un homme a aussi été écris par besoin, par besoin de raconter, besoin de faire participer, de partager. Lev nous explique que cet écrit est pour lui une libération intérieure. Je suppose que c’est aussi un hommage aux milliers de personnes qui ont vécus comme lui ce cauchemar.

o Les exemples horrifiant montrant la déshumanisation aux camps sont multiples dans cet ouvrage. Dès leur arrivée,ils sont détruits, ils perdent leur noms et se font attribuer un vulgaire numéro, ils sont dans l’obligation de laper leur soupe comme des bêtes. Les kapos et autres personnages supérieurs les traitent comme de la vermine : lors des sélections pour la chambre à gaz, peu leur importe de garder les plus résistants et robustes ou de se débarrasser des plus inutiles, le but premier est de « fairerapidement place nette en respectant le pourcentage établi ». A un moment du livre, un kapo s’essuie même la main sur la blouse de Levi. Une jeune allemande se bouche le nez face au chimiste juif, et le traite de ‘Stinkjude’ (= Le juif puant).
Les Allemands ont réussis leur œuvre. Les prisonniers ne se considèrent plus comme des humains. Schepschel se voit comme : « Un sac qui doit être régulièrementrempli. ».L’auteur lui-même dit que les personnages de ce récit ne sont pas des hommes. Il dit que leur humanité est morte, ou qu’eux-mêmes l’ont ensevelie sous l’offense subie ou infligée à autrui.

o A la lecture de ce texte, on peut se découvrir une rancœur soudaine contre les Allemands et contre leurs faits et gestes. Cependant le point de vue de l’écrivain est très différent. Il resteétrangement calme par rapport à ses bourreaux. Il répète à plusieurs reprises qu’il n’est pas ici pour faire leur procès ou bien les juger. La vision qu’il nous donne d’eux, se rapproche de la théorie d’Anna Arendt sur la banalité du mal. On le constate rien qu’au premier chapitre, quand les agents de police trient les Hommes qui arrivent du convoi, il est dit qu’ils le font sans jamais se départir dela tranquille assurance de qui ne fait qu’accomplir son travail de tous les jours. Cela est repris au chapitre 15, quand la Kapo lance une brique dans le tas de prisonniers pour accélérer l’allure. Il est dit que « c’est un geste de routine qui se répète tous les matins, et qui ne suppose pas toujours, de la part du Kapo, l’intention délibérée de nuire ». Les Allemands sont presque vus comme desbonnes personnes : au moment du réveil, le garde de nuit ne va pas aboyer mais parler d’une voix basse et unie (ch. 5), dans la journée, quand les prisonniers doivent transporter des charges lourdes, les Kapos vont les frapper avec une nuance de sollicitude (ch. 6).
o Après la publication de ‘Si c’est un homme’, Primo Levi a reçu de multiples lettres, accompagnées de multiples questions. Les plusimportantes sont incorporées à la fin du livre. Dans une de ses réponses, Levi dit que selon lui, s’il a survécu, cela tient surtout à la chance. Mais en lisant les 272 pages de ce roman, on peut deviner que s’il a survécu c’est grâce a son métier de chimiste qui l’a légèrement avantagé sur les derniers mois, aussi grâce à sa volonté de survivre. Levi voulais survivre pour pouvoir raconter leschoses auxquelles il avait assisté et celles qu’il avait subies. Levi voulais survivre dans un but précis.

o Selon moi, oui les relations humaines existaient aux camps malgré la déshumanisation. Certes sur certains prisonniers, on pourrai croire que leur âme les a désertés. Mais ce livre comporte des lueurs d’espoirs concernant ce sujet. Levi entretenait par exemple des rapports avec un...
tracking img