Sire de gouberville

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3255 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Sire de GOUBERVILLE

C’est en 1857 que l’Abbé Tollemer découvrait les manuscrits dans une gentilhommière du Cotentin. Bien que leur étude fut laborieuse, ils n’en restent pas moins des témoignages de la vie rural du XVIe siècle. Seul un morceau du journal nous est parvenu qui est composé de trois cahiers datant de 1549, 1553 et 1557. Ce sont 13 ans soit 5000 jours qui nous sont parvenus etprès de 41000 lignes qui nous décrivent le quotidien d’un gentilhomme campagnard qui y décrit le contenu de ses journées. Quel était le mode de vie de ce sire de Gouberville et que peut-il nous apprendre d’objectif sur son époque? Dans un premier temps nous évoquerons les rapports à la société de l’auteur livrés par son journal, puis nous verrons les différents éclaircies apportés aux historienssur le fonctionnement de l’époque.

I. De l’auteur à son journal
A. Liens sociaux
a. Généalogie

La famille Picot à laquelle appartenait le sire de Gouberville était sans doute l’une des plus ancienne de Normandie de plus cette famille jouissait des privilèges d’ancienne noblesse. Sa généalogie prouve que les Picot furent allié aux premières familles de Normandie : Les Percey, LesCouvert, Les Bricqueville…et au fur et à mesure des alliances entre familles la famille Picot put obtenir de nombreux biens comme Le fief de Gouberville et de Russy. Aux alentour de 1521 naissait Gilles Picot fil ainé de Guillaume V Picot, seigneur de Gouberville, lieutenant des Eaux et Forêts pour la Vicomté de Valognes et de Jeanne du Fou, fille du seigneur du Mesnil-au-Val, capitaine du château deCherbourg. Les Picot seigneurs de Russy (Calvados) vont, à la fin du XIVe siècle, s'implanter à Gouberville (Manche). Guillaume Picot confie la gestion de toutes ses affaires à son fils aîné vers 1542 et en 1543 il lui succède à la charge de lieutenant des Eaux et Forêts. L’année suivante meure Guillaume V Picot et Gille devient lui-même, seigneur de Gouberville et du Mesnil-au-Val et, à la mort deson oncle Jean Picot en 1560, seigneur de Russy. Mars 1578, Gilles Picot, seigneur de Gouberville, du Mesnil-au-Val et de Russy décède. Il est enterré dans l'église du Mesnil-au-Val.
Le sire de Gouberville ne laisse ses biens à aucun héritier, son testament fut en faveur de ses filles illégitimes devenu l‘objets de ses constantes préoccupations.. Son nom aurait pu tomber dans l’oubli mais sonjournal retrouvé au XIXe siècle est un trésor qui nous permets au fur et à mesure des pages d’entrer dans la vie d’un gentilhomme campagnard.

b. Sociabilité

Personnage charismatique, Gille de Gouberville faisait les choix d’habiter à la campagne est du célibat. Il n’y a pas une page où Gille de Gouberville ne retranscrit pas les moments les plus simples de la vie sociable entre rencontre etmicro-événements qui constituent la qualité du témoignage (Salaire remis en main propre « Mercredi 4 aout 1557 je baillé audit Gurrin pour ses journées de lundi, mardi et la moitié d’ennuit 55 s », mœurs de hospitalité, fêtes chrétiennes, amitiè…). La sociabilité de tous les jours c’est celle des allées et venues entre champs et routes car sa résidence au manoir du Mesnil-au-Val, proche de Cherbourg(8 km) et de Valognes (15 km) lui permet d’être en mobilité fréquente, sur de courtes distances. La vie de ce gentilhomme est faite de rencontre tant avec les paysans et artisans qui le servent qu’avec des officiers (avocats, notaires…)qui passent par le Mesnil-au-Val ainsi il reste toujours en contact avec ce milieu. L'ouverture sociale de Gilles de Gouberville concernent des échelons élevés dela société comme l’atteste le printemps 1549 où il fréquente Roland Trexot le seigneur de Baleroy également conseiller au parlement de Rouen. Sans oublier qu’il est en relation étroite avec l’aristocratie de la région, avec les Savoie-Villars-Tende, qui possèdent un château à Valognes, et les Estouteville-Saint-Pol, dont le château se trouve à Bricquebec. Sans être, sur un pied d'égalité avec ces...
tracking img