Situation actuelle de cuba

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2458 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Cuba : Situation actuelle
Origine de cette réforme
Faute d’investissements, les transports se sont dégradés, l’état des logements désastreux, l’alimentation est très chère dans les supermarchés ou sur les marchés paysans libres et la libreta (le carnet de rationnement) ne permet de se nourrir que pendant 10 à 12 jours. Les coupures de courant de plusieurs heures De manière générale, lesinfrastructures sont en très mauvais état. Cette détérioration des conditions de vie a eu lieu dans un contexte mondial difficile. Pour faire face à la crise, Fidel Castro dut accepter avec réticence des réformes économiques marchandes (légalisation du dollar, autorisation des marchés libres paysans autrefois interdits, activités privées, coopératives dans l’agriculture, investissements étrangers,développement du tourisme, etc.). Ces réformes, bien que limitées, allaient introduire des inégalités très importantes entre les Cubains, opposant ceux n’ayant pas accès au billet vert et ceux y ayant accès grâce aux envois (remesas) de leur famille à l’étranger ou aux retombées du tourisme. Ces inégalités furent très mal supportées même si les Cubains bénéficiaient toujours de la gratuité de la santé etde l’éducation.
Cuba est confronté aujourd’hui à des difficultés conjoncturelles (volatilités des prix des matières 1ere, désastre climatiques, crise financière mondiale et baisse de la croissance) et à des obstacles structurels (forte dépendance aux importation, faible productivité, dualité monétaire, hypercentralisation des pouvoirs).
Ecart générationnel
l’écart culturel et politique s’estcreusé entre la génération de la Révolution et la majorité de la population, née après 1959. Non seulement la jeunesse n’a pas connu la dictature de Batista, mais elle n’a connu que l’austérité de la « période spéciale »(91), et les conquêtes sociales - éducation et santé gratuites, plein emploi -, sans cesse rappelées par Fidel Castro, ne suffisent pas à répondre à ses aspirations. Elle souhaitevoyager, mais elle ne le peut pas. L’accès à Internet est sous contrôle. Les débouchés professionnels qui lui sont offerts ne correspondent souvent pas aux qualifications acquises. La langue de bois qui règne dans les médias rend l’information rébarbative. La formation et le niveau culturel élevés des nouvelles générations, conquis grâce à la Révolution, se heurtent désormais au carcan imposé parFidel Castro. Aujourd’hui, les jeunes veulent disposer des biens de consommation jusqu’alors inaccessibles. Cet écart générationnel a une autre conséquence. Le commandant en chef, dont les talents oratoires fascinaient les foules et qui pouvait parler des heures devant des auditoires attentifs, est désormais victime du syndrome du patriarche. Son charisme s’est routinisé (Max Weber).Dollarisation
Adoptée en 1993, la dollarisation qui a sévi a modifié la hiérarchie salariale antérieure, assez égalitaire Depuis l’automne 2004, les transactions en dollars n’ont plus cours. Le billet vert a été remplacé depuis par le peso convertible (CUC)(1peso=1$) pour l’ensemble des transactions en espèces sur l’île . Mais ce CUC n’est pas convertible à l’extérieur. L’autre peso, le peso usuel,s’échange au taux de 26 pesos pour un dollar et reste encore la monnaie courante pour les salaires. Quant aux entreprises d’État qui détiennent des comptes en pesos convertibles, elles ne peuvent plus les alimenter en cash par des dollars. Il en est de même pour les sociétés commerciales à capitaux 100% cubains.
Depuis le 1er janvier 2005, un Compte unique des revenus en devises de l’État a été créé, surlequel tous les revenus en devises convertibles reçus par la Caisse centrale doivent être déposés. Les bénéfices reçus dans le cadre d’entreprises mixtes par les partenaires cubains doivent être eux aussi reversés sur ce compte unique. En d’autres termes, les entreprises (et les banques) ont besoin d’obtenir l’agrément du Comité d’approbation pour disposer des ressources nécessaires à leurs...
tracking img